Accueil | dMute

Schneider Tm

: Skoda Mluvit



sortie : 2006
label : City Slang
style : Indietronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01/more time
02/pac man / shopping cart
03/peanut
04/s'kcorratiug
05/caplets
06/vodou
07/škoda mluvit
08/the blacksmith
09/klexx
10/cataractact
11/the slide
12/a ride
13/the world's a cup

Le malicieux Schneider TM modèle des chansons qui vont de l'aimable au tout à fait ravissant. Faussement ingénues mais gentiment ingénieuses, elles sont un bon exemple du mariage parfois valide entre deux manières a priori distinctes de faire de la musique.

La première serait celle d'un songwriting sur-mesure, celui qui parvient à créer du charme avec trois bouts de ficelles en faisant exprès de ne pas penser à la longue et écrasante tradition dont il participe plus ou moins, de même qu'aux nombreux camarades qui au même moment, se réinventent avec une guitare sèche. Une seconde manière de faire de la musique serait celle des formalistes laptop, qui en ce qui les concernent voudraient bien faire comme si leurs jeux technologiques pouvaient gagner une valeur sentimentale dans la vie de leurs auditeurs, et eux aussi, aimeraient ne pas savoir qu'ils sont souvent loin d'être les seuls sur leur terrain de fouilles.

Le dernier Schneider TM dans tout ça ? Une musique qui sans déplacer des montagnes de bits, fonctionne sur les deux plans : électronique ou songwriting. Où chacune des perspectives d'écoute correspondantes rencontre sufisament d'inspiration pour qu'on ne s'ennuit pas. Bien sûr, la séparation est artificielle et on profite de cet album dans la superposition des deux approches. Et il y a quelque chose de revitalisant à ne pas prendre des glitchs en flagrant délit de caution électronique superficielle et maladroite pour la chanson. Et il y a comme un soulagement à ne pas prendre des mélodies et des textes en flagrant délit de rembourrage artificiel au service de gimmicks de production.

En dehors de cette petite prouesse, le disque est assez constant, même si rien n'y retouche à la grâce de Frogtoise, ce tube qui illuminait Zoomer. On peut d'ailleurs adresser ce reproche à Skoda Mluvit : on reste toujours un peu en dessous d'une véritable évidence pop dans les mélodies. Mais les morceaux dévoilent chacun leur part d'allégresse, de sensibilité et d'idées.

Pac Man/Shopping Cart est un bon exemple de la personnalité des arrangements. Ouverts sur le paysage, ils font groover de petits bruits sans aucune rigidité, les intégrant de fait à merveille aux vibrations organiques des instruments à cordes. Avec suffisament d'air, un harmonica barbote sur Peanut, pendant que le choeur entonne "from alaska to disaster / closer closer", et des fréquences râpeuses maquillent quelques feelings funk inattendus (Skoda Mluvit). Slide tente même de réunir clicks dub et guitares noisy dans un charme bizzare.

En somme, une bonne de dose de bricolages entrainants et attachants, qui fait de Skoda Mluvit une réussite dans un exercice risqué, suceptible de séduire une large audience.

Chroniqué par Guillaume
le 26/04/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reconfigures
(2004)
Earsugar 04
Pop electronica



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters