Accueil | dMute

Mono

: You are there



sortie : 2006
label : Temporary Residence
style : Post-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The flames beyond the cold mountain
02/ A heart has asked for the pleasure
03/ Yearning
04/ Are you there?
05/ The remains of the day
06/ Moonlight

Steve Albini — à supposer qu’il en fût jamais une (je ne répondrai pas à cette provocation) — n’est plus vraiment ce qu’on peut appeler une référence en matière d’ingénieur du son. On peut louer ses services à la journée et certains disques qu’il a enregistrés (on pense notamment au dernier GY!BE) posent vraiment la question de savoir s’il apporte quelque chose aux groupes avec lesquels il collabore à part ce qu’il semble être devenu : une marque de fabrique, un peu kitsch et que les meilleurs groupes français ont bien raison de s’approprier et de détourner (on pense à enregistré par steve albini).

Aussi, l’alliance Mono + Steve Albini a de quoi interpeller, si ce n’est effrayer : le groupe le plus poseur de la scène post-rock avec la marque déposée en chair et os du son de Chicago pourraient-ils produire autre chose qu’un monstre ?
Peut-être.
Quoiqu’on soit en terrain bien trop connu pour en juger réellement. Sur You are there, tout est couru d’avance à tel point que l’on peut honnêtement se demander s’il est nécessaire d’écouter ce disque pour le connaître. Tout jusqu’aux références internes que tissent le titre de l’album et le titre d’une chanson : Are you there ? (question à laquelle la réponse subtile a déjà été donnée : You are there !).

Au dix-neuvième siècle, ceux qui faisaient tourner les tables posaient une question de ce genre : « Esprit, es-tu là ? ». Ils avaient au moins l’intelligence de ne pas y répondre eux-mêmes, attendant l’esprit qu’ils appelaient pour le faire. D’esprit, You are there en est totalement dépourvu. Et, l’on préférerait croire que l’on est à l’écoute d’un Dj-set, faisant tourner les tables du post-rock, et non d’une œuvre soi-disant originale. Car, si c’est ça le “post-rock”, alors autant dire tout de suite qu’il est bel et bien foutu.


Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 17/04/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Hymn to the immortal wind
(2009)
Conspiracy Records
Post-Rock
Palmless Prayer / Mass Murder Refrain
(2005)
Human Highway Records
Post-rock
Reportage
(24/11/2005)
@ Glaz'art



2 commentaires

par yu00 (le 17/08/2007)
Quelle critique pitoyable et sans interêt, purement personnelle qui plus est... tu ne fais jamais réference à l'album en lui-même, au fond, tu t'obstines à balancer des critiques superficielles sur l'alliance Steve Albini + Mono ou encore sur le titre d'un morceau en rapport au titre de l'album. Crois-moi cet album n'a rien de banal, qu'on le veuille ou non, on ne peut pas nier son incroyable richesse. Je connais peu de groupes, en matière de post-rock, qui soient capables de composer des chef-d'oeuvres comme Moonlight ou Yearning et d'allier douceur et intensité extrême, frisant la perfection. Un des meilleurs albums de post-rock de ces dernières années et je ne comprends pas qu'il puisse encore y avoir des imbéciles pour obsessionnellement toujours vouloir chercher la petite merde. En un mot, ta critique n'apporte rien, elle montre juste que tu dois avoir l'esprit bien cloisonné.
http://www.myspace.com/totorromusic
par BellaE (le 27/06/2007)
T’as raison faut pas se prendre la tête hein ?

Parler de la personne avec qui Mono a collaboré et du titre de l’album (en rapport avec le titre d’une musique) c’est plutôt plat pour critiqué l’album tu trouves pas ?

Franchement depuis qu’ils collaborent avec Steve Albini (avec Walking Clouds and Deep Red Sky) Mono a vraiment changé de son et sa contribue pas mal a leur « style »


Cet album va encore plus loin que les autres je trouve
C’est tellement progressif, tellement jouissive dans l’explosion, on sent les cordes de la basse claquée au milieu et des distorsions indépendantes s’installer dans les deux oreilles
Un fois que l’un des guitaristes commence ses notes aiguës avec delay, toute la mélancolie ressort d’un chaos sonore
Orgasmique je dirais.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters