Accueil | dMute

Black Ox Orkestar

: Nischt Azoy



sortie : 2006
label : Constellation
style : Klezmer Post-Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Bukharian
02/ Az Vey Dem Tatn
03/ Violin Duet
04/ Ikh Ken Tsvey Zayn
05/ Ratsekr Grec
06/ Tsvey Taybelakh
07/ Dobriden
08/ Golem

Mieux qu’un coup de hache, un disque pour nous faire arrêter de qualifier le label canadien Constellation de label post-rock, ce qu’il ne faut surtout pas faire devant eux. Enfin, avant de faire l’accord sur ce qu’est le post-rock et sur ce qui peut rentrer sous cette catégorie, jetons un œil sur ce groupe apparemment classable en « musique du monde ». Je vous préviens tout de suite, pas un murmure electro dans ce disque. Black Ox Orkestar est connu dans les courants les plus actuels de la musique yiddish pour sa manière un peu « différente » de traiter ce courant. Avec le patrimoine unique de cette culture, il semble difficile de fondre le style de musique qui lui est propre avec les musiques actuelles. Black Ox Orkestar, groupe canadien qui mène sa barque depuis 2002, relève ce défi avec deux albums, dont le dernier, sortie en Europe et ailleurs prévue début avril, est parrainé par Constellation.

En effet, l’écoute de cet opus de 8 titres fait osciller entre musiques slaves, orientales, occidentales, à partir de cette racine traditionnelle, de telle sorte qu’à la fin de l’album, on ne sait pas vraiment où on a été, et si vraiment on peut assigner à ce groupe une attache culturelle. C’est justement dans ce rapport novateur aux influences qu’on peut apprécier Black Ox Orkestar comme un groupe novateur, à mettre dans un courant aussi protéiforme que le… post-rock. Le mystère de cette pluralité d’influences qui ne se choquent pas donne lieu à un disque tout à fait fascinant, dont l’écoute nous mène à travers tout le champ d’émotions et de stimulations par la musique que chaque culture a su déployer. Sur Ikh Ken Tsvey Zayn, on en arrive même à entendre quelque chose de bluesy, alors qu’on est toujours en présence d’une clarinette, d’un violon, et des autres instruments qui font l’univers Juif. Plus que « cosmopolite », cette musique éveille un panel universel d’effets, et ce disque s’inscrit par son originalité et sa vitalité dans la digne lignée de Constellation. Il semble que le groupe ait profité du « métissage » en termes de musique dont profite le Québec, bassin d’immigration extrêmement diversifié, pour donner une ampleur admirablement ouverte à son univers musical.

On apprécie l’habile synthèse entre l’influence des traditions et la possibilité de leur dépassement, par l’ouverture à plusieurs d’entre elles et à la possibilité de leur développement mutuel, dans une seule et même entité musicale qui fait le cœur même de l’électricité créatrice, hautement tolérante, propre à l’artiste. Il s’agit ici de revisiter le cosmopolitisme, et d’en faire non un exercice de style, mais une seconde peau.

Chroniqué par Lou
le 16/04/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters