Accueil | dMute

Psychic Ills

: Dins



sortie : 2006
label : The Social Registry
style : Rock psychédélique / expérimental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ East
02/ Electric Life
03/ Untitled
04/ January Rain
05/ Inauration
06/ I Knew My Name
07/ Witchcraft Breaker
08/ Another Day Another Night

Ces derniers temps, le rock ne semble jamais plus à l’aise que quand il retrouve son caractère primordial, sauvage, ce que Wilfried Paris de Chronic’Art appelle « la dimension rituelle, la fonction primitive, quasi religieuse que la musique devrait développer » : les récents succès de Black Dice, Animal Collective, Sunn O))), Gang Gang Dance ou Liars en sont la meilleure preuve. Même si ce retour à un rock-limite tient plus de la fiction qu’autre chose, tant la primitivité s’arme dans les cas sus-cités de sophistication.

Mais justement, c’est cette fiction que l’on recherche dans le rock’n’roll, cette construction d’un mythe à l’intérieur de la musique mais aussi hors-champ et qui va, sans que l’on ne puisse jamais mesurer son rôle exact, déterminer intégralement la perception que l’on aura de cette musique : pur effet d’une ère post-moderne où l’identité se définit par ce qu’elle veut bien livrer d’elle-même.

Donc, ici, nous avons affaire à une bande de malades mentaux, un quartet pour être exact, et qui signe sur le label des géniaux Gang Gang Dance sans toutefois les égaler. Au menu, moins de psychotropes, moins d’hallucinations mais déjà la phase de descente et d’ascétisme : East s’ouvre sur des percussions soigneusement réverbérées et des guitares qui s’égrennent avec circonspection, soutenues par quelques lignes de cithare. Descente parce qu’on ne peut pas voir, en même temps qu’une assomption à l’exotisme de cette musique, une distance critique dans le fait d’appeler East un titre où l’on joue de la percussion et de la cithare. Psychic Ills sait que la folie est une construction mythologique et exploite ce discours de la folie ; le groupe sait tout autant exhiber jusqu’à l’outrance discrète le code qu’il s’est choisi pour le dilacérer juste après (Electric Life). La primitivité ici ne se sépare pas du formalisme et de l’observation par le groupe de sa propre fabrique musicale.

Ce qui leur permet de laisser de côté tout artifice psychédélico-psychotique pour se recentrer sur l’énergie de la musique : en témoignent les deux magnifiques free rides qui closent Dins, Witchcraft Breaker et Another Day Another Night, où le groupe exploite au mieux sa capacité à tourner en rond et/ou fou dans un même mode, un même accord. C’est ce qui leur permet, en dépit d’une identité encore très indexée sur les groupes sus-cités, de dégager une énergie communicative.


Chroniqué par Mathias
le 13/04/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters