Accueil | dMute

Yttling Jazz

: Oh Lord, Why Can't I Keep My Big Mouth Shut



sortie : 2006
label : Headspin Recordings
style : Jazz

achat/téléchargement

Tracklist :
1. Tokyo Hyatt
2. Konstant Krease
3. Mr. Sofistication At The Losers Club
4. Yttling Jazz #1
5. Piano In The Background
6. Between Two Stools
7. Det Egentliga Västerbotten
8. (Theme From) Woyceck
9. My Big Mouth Shut

Il importe à Björn Yttling de produire un jazz viril, dur à cuire – et même, couillu. Avec son octet, il a de quoi faire le long de neuf morceaux sans temps morts, le plus souvent frénétiques (Tokyo Hatt, Mr Sofistication at the Looser’s Club), parfois calmes et étranges (Det Egentliga Västerbotten), parfois mécaniques et presque surréels dans leur transparence mélodique (Konstant Krease, que Björn Yttling qualifie de Drum-Machine-Jazz). En tous cas un album qui, s’il n’est pas sans défaut, plane loin au-dessus d’un groupe comme le Essbjörn Svensson Trio qui s’essaie parfois à la même approche.

Au cœur de la musique de Björn Yttling, il y a le piano de notre homme et le vibraphone de son compère Mattias Stål. Les saxophones alto et ténor et la clarinette basse de Per “Ruskträsk” Johansson, Nils Bergh et Fredrik Nordström viennent donner son nerf à la musique (Yttling Jazz #1) pendant que la section rythmique soutient de violents efforts en continu (Mr fistication at the Looser’s Club), dans le dialogue et la sarabande jamais interrompue.

Homme du nord mais pas homme du froid, Björn Yttling aime citer ceux qu’il appelle ses héros, Charles Mingus (pour les basses hard-bop surmusculaires), Nino Rota (pour l’ambiance aigre-douce), Lalo Schiffrin (pour la tension dans la répétition et la qualité cinégénique de la musique), Duke Ellington, Ornette Coleman, Don Ellis, Lars Gullin, Ennio Morricone (voir Lalo Schiffrin, écouter Det Egentliga Västerbotten et ses cordes synthétiques mélancoliques et, d’un seul coup, se rappeler la scène d’ouverture d’Il était une fois dans l’ouest), Joe Meek, Jan Johansson.

Quand il cite moins, Björn Yttling est parfois moins à l’aise et un manque mélodique se fait entendre là où la mélodie, justement, est recherchée de toute évidence (Between Two Stools ou encore Det Egentliga Västerbotten, obsédant au début, étouffant à la fin). Un petit manque d’originalité qui n’est pas non plus un manque de personnalité et qui n’empêche pas cet album de garder un tonus nerveux et musculaire (c’est le muscle qui est en jeu dans cette musique, même pas le souffle, même pas le corps – des nerfs, du muscle et des harmonies pour adoucir le tout) évident – et bienvenu.


Chroniqué par Mathias
le 08/04/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters