Accueil | dMute

Lilea Narrative

: Bruit de branche morte rompue entre des serviettes mouillées



sortie : 2006
label : Purée Noire
style : Ambient

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Fantome das le soleil pâle
02/ Velour tiède
03/ Doux Ciseaux
04/ Le passage des otaries
05/ Peine ombre
06/ L'oeil fixé sur la chaussée
07/ La fillette du mecano
08/ L'écorce du sol et de la peau
09/ Combats de poissons simaois
10/ Nuit liq

Purée noire a tout du label atypique. A l’origine, la principale activité de l’association cannaise était l’édition d’un graph’zine illustrant des dessins noirs et drôles à la fois. Ce « laboratoire d’élucubration graphiques et de récit poétiques » était accompagné d’un CD réunissant les musiciens du collectif. Passé du statut de maison fantôme à celui de maison de disque, Purée noire continue d’éditer sa revue et s’efforce d’étendre l’esthétique graphique de celui-ci aux pochettes et à la musique des artistes signés.

Après Princesse Rotative, c’est donc au tour de Liléa Narrative de nous livrer un peu de sa purée noire en signant un side project ambiant sous le pseudonyme de Lilaé.

Ce premier album, Bruit de branche morte rompue entre des serviettes mouillées, (et oui ! c’est son nom) explore diverses ambiances, diverses sensations. Lilaé élabore une musique sur laquelle l’auditeur peut construire son monde imaginaire, tout en le guidant à travers des titres de chansons bien choisis. Ainsi Fantôme dans le soleil pâle, grâce à ses nappes "ambiant" qui ressassent, donne une réelle impression de profondeur lumineuse. Doux ciseaux, Velour tiède, l’Ecorce du sol et de la peau, sont autant de titres ayant un rapport au toucher et donc aux sens que la musique vient compléter. Lilaé agrémente ses morceaux de sonorités lo-fi, de rythmiques trip-hop, de bleep infime et bidouille des bandes sons de films ou de radio toujours dans cette optique d’éveiller les sens
Mais au-delà des morceaux paisibles ou au contraire inquiétants (comme l’œil fixe sur la chaussée), un morceau commeLa filette du mecano vient redonner du rythme à l’album avec ses sonorités abstract hip-hop cinglées par des scratchs incisifs.

Ce projet "ambiant" de Liléa Narrative, avec sa pochette signée Charlie Lenoir est une première pièce esthétique et intéressante donnant envie d’aller voir un peu plus loin du côté de Caen.


Chroniqué par Antoine
le 27/03/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Nouvelle Chair
(2006)
Purée Noire
Abstract Hip-hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters