Accueil | dMute

Mirror

: Still Valley



sortie : 2005
label : Die Stadt Musik
style : Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Still Valley (Part One)
02/ Still Valley (Part Two)
03/ Still Valley (Part Three)

Still Valley, fruit de la collaboration entre Andrew Chalk, Christoph Heemannn et Jim O’Rourke et réédité avec un morceau supplémentaire, porte bien son nom : sorte de paysage sonore calme qui ne dissimule pas complètement ce qui se trame sous la trame, quelques field recordings minimaux et extérieurs (chants d’oiseaux, bruits naturels).

Electronica dans sa facture mais presque folk dans son atmosphère et sa solennité, cet album joue trois fois de ses différences de niveaux, de ses profondeurs multiples, couches végétales passant les unes au-dessus des autres de manière absolument fluide. Il en joue trois fois pour trouver dans cette triplication son identité propre : celle de rejouer chaque fois le même cycle, en en changeant l’objet, ce qui a lieu sous les nappes, sous le travail sonore à la fois flou et d’une extrême précision (Jim O’Rourke, décidément passé maître dans l’art du sound design impressionniste).

La différence advient toujours sur fond du même, de la répétition, de l’identique, comme l’éclair qui, en zébrant le ciel, se distingue d’un fond sombre qui ne se distingue jamais de lui, écrit Deleuze : et c’est ici, fortuitement bien sûr, l’illustration parfaite de ce principe, tant le visage de chacune des pistes change en dépit d’une même surface répétée de manière cyclique. Selon les field recordings utilisés et soigneusement logés en retrait du mix, chacune de ces trois pièces acquiert une identité nouvelle. Pas de ritournelle ici qui deviendrait musique dans un effort d’écriture (chose à laquelle nous ont déjà habitué les trois compères), mais une sorte de tissu qui se lie et se délie en permanence à mesure qu’apparaissent les sons, tissu flottant, trame souple où le document sonore se change en poème souterrainement, ce Still Valley ajoute une pierre supplémentaire et importante à la musique d’Andrew Chalk et de Christoph Heemann, tandis qu’il découvre un nouveau visage de Jim O’Rourke.


Chroniqué par Mathias
le 25/03/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
On, then, in
(2007)
Catune
Post-Rock / Math-Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters