Accueil | dMute

Greg Davis + Keith Fullerton Whitman

: 3 Shows



sortie : 2005
label : Entschuldigen
style : Electronica / Musique improvisée

achat/téléchargement

Tracklist :
CD 01 - Live in Fine Arts Museum, Boston - April 29th 2005

01/ Part One
02/ Part Two

CD 02 - Live at the Knitting Factory, New York City - May 2nd 2005

01/ Part One
02/ Part Two

CD 03 - Live at the Mercury Lounge, New York City - May 8th 200

Keith Fullerton Whitman est clairement en train de devenir un maître de l’électronica, ou peu s’en faut. Et d’abord parce que sa musique est le résultat d’une pluralité de pratiques qui lui garantissent énergie, renouvellement et multiplicité de visages.

En témoignent ces Three Shows enregistrés à trois dates proches l’une de l’autre (29 avril, 02 mai, 08 mai) à Boston et New York et qui font suite au Yearlong, réalisé avec le même Greg Davis.

Une fois encore, la chose qui frappe le plus dans la musique de Keith Fullerton Whitman, c’est sa capacité à fabriquer un objet-musique (Twenty Two Minutes for Electric Guitar) ou un corps-musique (comme ici). Chacun des sons utilisés ici, chacune des distorsions ou des harmoniques des instruments employés sont pris dans un même flux sonore, un même torrent d’énergie. On aura rarement eu autant le sentiment que la musique jouée par les haut-parleurs est un objet spécifique lancé dans le monde, pas un ensemble de vibrations dans l’air environnant mais un corps compact, plein, solide, insaisissable mais bel et bien là. Comme si, en se déplaçant des haut-parleurs à l’auditeur, la musique se dotait d’une existence concrète, d’une présence impossible à nier. Comme si la musique existait plus pleinement.

Sorte de prouesse au regard de l’impressionnant arsenal instrumental employé ici (au contraire, justement, de Twenty Two Minutes for Electric Guitar) : percussions objets, gong, dulcimer des montagnes, shruti box, melodica, voix, crackle box, magnétophone, double mijwiz, kalimba, emploi de field recordings, pédale de delay analogique et ordinateur pour Greg Davis ; circuits séquentiels pro-one, crackle box, cymbale, xylophone Hello Kitty, cloches indiennes à maillet de bois, carillons africains, zarb, guitare électrique, electro harmonix octave divider, tube zipper, analyseur de fréquences, memory man deluxe, et ordinateur encore pour Keith Fullerton Whitman. Une sorte de chaos instrumental qui trouve bel et bien ici un statut de matériau pour démiurges, le live devenant réellement l’expérience où la musique advient en sa forme propre, où l’improvisation ne se départit jamais du modelage.

De miniatures arythmiques et tribales du premier disque aux essais plus expérimentaux du second, le tout lié par de longues nappes et aboutissant à la rugosité des textures du troisième, ces Three Shows dressent la carte des différentes pratiques de Keith Fullerton Whitman et Greg Davis, de la plus belle des manières.


Chroniqué par Mathias
le 24/03/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters