Accueil | dMute

Low

: The Great Destroyer



sortie : 2005
label : Sub Pop
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Monkey
02/ California
03/ Everybody's song
04/ Silver rider
05/ Just stand back
06/ On the edge of
07/ Cue the strings
08/ Step
09/ When I go deaf
10/ Broadway
11/ Pissing
12/ Death of a salesman
13/ Walk into the sea

Sorti en Janvier 2005, The Great Destroyer est un bel album passé trop discrètement dans le paysage rock, comme malheureusement bon nombre de leurs albums. Un nouveau producteur (Dave Fridmann, producteur de Mogwai ou encore des Flaming Lips) et un nouveau label (Sub’Pop, label grunge de référence), voilà qui pourrait expliquer le tournant pris avec The Great Destroyer dans le parcours musical de Low.

Bien entendu on retrouve les harmonies et les lignes de basses, les voix de Mimi Parker et d’Alan Sparhawk sont toujours aussi saisissantes, la nouveauté n’est pas ici. Au bout de presque 10 ans de carrière, on s’était habitué aux compositions lentes et éthérées de Low. The Great Destroyer, comme l’indique le nom de ce 8ème LP, vient bousculer le passé à base de saturations et d’effets en tous genres, offrant au groupe un nouveau terrain musical à conquérir. Une énergie nouvelle se dégage de l’album, une lumière vive dans le paysage neigeux de Low. Le stade de l’ album pop rock n’a pas été franchi, moins épuré certes, l’album reste dans un courant minimaliste: on en attendait pas moins venant de Low. The Great Destroyer est malgré tout de loin l’album le plus accessible qu’ils aient composé. Les mélodies sont plus élaborées et les compositions sont définitivement plus entraînantes ; l’album dans sa totalité dégage plus de vie et s’éloigne du chaos hypnotique de Secret Name (1999). Low prouve avec ce nouvel album qu’il sait dompter à la fois le silence et le bruit, qu’il maîtrise les arrangements minimalistes ou élaborées. Cette production différente offre une nouvelle profondeur aux compositions : des titres plus bruyants vont finalement bien à Low, les harmonies en gagnent en puissance.

Un album aux paysages multiples : Rock doucement énervé (Monkey, Everybody’s song), balades mélancoliques (Death of a salesman ), pop ‘noisy’ (Step), avant goût post-rock (Pissing)… Autant de genres mettant en valeur la subtilité des harmonies du duo Parker/Sparhawk , définitivement inséparables. Débutant à la façon d’une mise à feu, l’exploitation sonore est quasi-constante, les saturations aussi, les mélodies alternent entre envolées et accalmies. Bien qu’il se détache du terrain désert et neigeux de Low, The Great Destroyer reste un excellent album qui ouvre d’autres horizons. Low reste authentique et conserve son identité, c’est sans doute pour cette raison qu’il reste en dehors de tout buzz, de tous courants, qu’importe le registre.






Chroniqué par Peke
le 15/03/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
L'Oldie de la semaine
Low - Do You Know How To Waltz ? (1996)
Blog
Top
Nos sélections 2015
Ones And Sixes
(2015)
Sub Pop
Slowcore
Blog
Playlists
En écoute - Septembre 2015
The Invisible Way
(2013)
Sub Pop
Pop solaire
C'mon
(2011)
Sub Pop
Pop crépusculaire
Things We Lost in the Fire
(2001)
Kranky
Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters