Accueil | dMute

James Holden

: At the controls



sortie : 2006
label : Resist Music
style : Electronica / Club

achat/téléchargement

Tracklist :
CD 1

01/Apparat - Wooden
02/Plastikman - Cor Ten
03/Massive Attack Vs Mad Professor - Trinity Dub (Three)
04/Kate Wax - Angel Blues
05/Death In Vegas - Anita Berber
06/Petter - Some Polyphony
Vox Sola - Metro Pop
07/Issikadis - Hotter Now

Si comme le commun des mortels, vous avez découvert James Holden avec son remix déjà classique pour le Sky was pink de Nathan Fake, ne vous risquez pas à penser qu'il ne s'agissait que d'un coup d'éclat éphémère, vous passeriez à côté de At The Controls.

Ceux qui lisent régulierement ces lignes savent combien un mix qui commence par du Apparat, et en l'occurence avec une perle de nostalgie glitchée extraite de Duplex, Wooden, a de quoi suciter un a priori favorable à nos oreilles. Seulement l'idée de Holden, c'est d'avoir voulu séduire de la sorte à chaque piste. Si les transitions sont somme toute sages, c'est bien le positionnement qui confère actualité et cohérence à l'ensemble. Le fil rouge ? Une sélection tout en finesse, à peu près inattaquable : Plastikman, Massive Attack vs Mad Professor, jusqu'à Slag Boom Van Loon (side project de U-Ziq), Black Strobe ou AFX, en passant par Paul Kalkbrenner, Walter Lily, Kate Wax ou Holden himself.

At the controls joue de l'hypnotisme et de plages langoureuses, pour présenter un mix qui soit à la fois narratif et proche d'un certain esprit club, accessible et représentatif d'une relative diversité dans la deepness électronique, même si est privilégiée une approche contemporaine de ces sources, plutôt trancey et progressive, avec des pauses tout à fait planantes. Un double mix réellement méritoire, réinjectant dans la fluidité des morceaux qui ont fait notre histoire d'auditeur, pour mieux mettre en valeur plusieurs productions de moindre renommée, à tendance smart techno, qui sonne forcément allemande : Midimiliz, Skugge & Tavostrand se placent dans cette phase centrale, la plus trippy peut-être (le second disque est carrément oublieux). Ou comme elles disent, "petites lupiotes qui dansent et vacillent dans nos crânes, et fourmis mécaniques et miniscules dans nos genoux". Il faut signaler également le Nathan Fake - Charlie's House (Apparat Rmx) qui arrive vraiment à point nommé, il est tout frais et c'est un ravissement.

L'amateur un tant soit peu éclairé de musiques électroniques ne fera pas de découvertes majeures ici, ni ne ressentira de frissons à cause d'un style de deejaying remarquable (on laissera celaRichie Hawtin). Mais il est recommandé se procurer At the controls, pour le partager très vite et gagner des adhérents à la condition du clubber en chambre moderne, au spleen bien particulier de l'abandon à des rêves d'after parties alors qu'on est en situation de cocooning. A tester pour les néophytes de ce type de sensations, à faire tester pour les autres, donc.



Chroniqué par Guillaume
le 14/03/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Dossier
Anthologie 2013 - La musique délirée
The Inheritors
(2013)
Border Community
Techno atemporelle



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters