Accueil | dMute

Earzumba

: Hermoso Movimiento + Florece Escondido



sortie : 2006
label : Dialsinfin
style : Musique électro-acoustique

achat/téléchargement

Tracklist :
Hermoso Movimiento

01/ Mendigando amor
02/ Dicho sin palabras
03/ sentimiento simultaneo de fortaleza y fragilidad
04/ mentalidad de enemistad
05/ el ruido es de los labios
06/ reverbera aun
07/ alrededor de las manos
08/ luces de algun l

Caché derrière un pseudonyme loufoque qui fleure bon les incantations rythmiques et les processions carnavalesques, Christian Dergarabedian a à cœur, plus que tout, de déguiser sa musique. Ou plutôt, de la faire passer à la vitesse du son d’un costume à l’autre, comme si, pour enfin devenir amusante, pour enfin assurer l’auditeur d’un plaisir véritable, la musique électro-acoustique avait choisi de tout travestir en elle, jusqu’à perdre au fond d’une spirale d’oripeaux colorés ce qui fait son identité – jusqu’à dire : assez des identités musicales et génériques.

Et d’abord, l’identité fondamentale : l’album. Ici mis à mal, puisque dédoublé dans un format incertain, très long disque ou doublet de courts albums – différents dans leur approche (l’un feutré, l’autre plus sonique) – mais familiers l’un à l’autre dans leur effort de rupture, d’accoutrement nouveau et de mascarade électronique. La revue anglaise parlait de « sampladelia » pour qualifier ce doublon Hermoso Movimiento + Florece Escondido, et pour cause : il s’agit bien, à chaque seconde, de fêter le changement, l’impermanence du monde à travers celle du son. Si les confetti sonores jaillissent, profus, au milieu des samples latino-américain (Dicho sin palabras), d’infimes sons de toute origine gagnent la masse sonore compacte qui se déploie ici : le Field Recording, non plus comme un moyen de capter le monde, d’en garder une trace qui résisterait au temps, mais désormais comme acquiescement à l’instant, une manière d’exhausser la fluidité de toute chose.

Et de fait, ces deux albums (Hermoso Movimiento surtout) connaissent parfois quelques temps morts, quand l’effort de poésie prend le pas sur la marche joyeuse des sons. Sans que cela interdise à ce disque d’être une proposition de musique électro-acoustique à la fois consciemment expérimentale et pleine d’allant, de sympathie accueillante pour ses auditeurs.


Chroniqué par Mathias
le 06/03/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters