Accueil | dMute

randomNumber

: Golden Acres Sleeps



sortie : 2006
label : Highpoint Lowlife
style : Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Troubled Moves
02/ Autumn Shine
03/ In Distant
04/ Sleep
05/ Effective Edge
06/ Galleries
07/ Day Overdone
08/ Non Port
09/ Golden Acre Sleeps
10/ We'll Let The Idea Sleep, But We Won't Let It Die

Matt Robson pourra se targuer dans ses vieux jours d’avoir inventé le Northern Wrongbeat, sorte de musique à la fois groovy et arythmique, où le beat s’inscrit toujours en porte-à-faux du reste de la composition, donnant un décalage particulier à une musique qui aurait pu tout aussi bien rester ambient pure. Il semble qu’un parfum de punk électronique flotte déjà sur ces morceaux ouvragés au laptop, sur ces textures accortes.

Robson vient du rock et a officié dans de nombreux groupes alternatifs de Leeds : tout cela s’entend, dans cette musique où le laptop est en permanence contrecarré par une énergie rock privée de son instrumentation et forcée de s’incarner sous des formes détournées, tronquées (celles de l’électronique essentiellement, mais qui obéissent ici à l’effort d’efficacité mélodique d‘un ex-guitariste de rock plus que d’un musicien converti au laptop), comme ces beats agressifs qui explosent comme des fusées d’artificiers dans Troubled Moves. Robson n’a pas été le batteur de Hood pour rien (période Home Is Where It Hurts) : de ce passage au sein de ce groupe essentiel, il a retenu un sens du décalage discret, du sabotage sonore en demi-teinte, de la nuance (de gris).

Mouvements perturbés, c’est bien de cela dont il s’agit ici, le beat comme faux battement, syncope, infarctus rythmique. Robson retrouve un peu de sa sérénité toutefois quand il empile les textures épurées les unes sur les autres dans Non Port ou Golden Acre Sleeps. Mouvements perturbés encore puisque cette musique, en évoluant dans deux directions diamétralement opposées, perturbe tous ses mouvements par chacun d’entre eux : quand les deux laptops de Robson démantèlent un peu trop violemment la trame d’un morceau (Galleries), le suivant se charge de panser les plaies (Day Overdone). Rien qui laisse une unité en paix, une cohérence s’installer. Des mécaniques rythmiques alliées à des manipulations sonores alchimiques, dit Robson de sa musique et la formule est juste, peu ou prou : les mélodies policées se confrontent sans crier gare à des rythmiques brutalement désossées, avant que les accouplements informatiques ne fassent leur office. De cette malice à marrier les contraires, à associer dans la surprise et l’élégance les incompatibles, Matt Robson trouve de quoi, non sans sagesse excessive parfois, tirer son épingle du jeu.


Chroniqué par Mathias
le 25/02/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters