Accueil | dMute

Battles

: EP C / B EP



sortie : 2006
label : Warp
style : Electronica / Post-Rock (et bien plus)

achat/téléchargement

Tracklist :
EP C

01/ SZ2
02/ TRAS3
03/ IPT2
04/ BTTLS
05/ Dance

+ Tras


B EP

01/ B + T
02/ UW
03/ Hi-Lo
04/ IPT-2
05/ TRAS 2

+ Fantasy




Il faut le dire de toute urgence, et que tout le monde le sache : la musique de Battles est belle, puissante, salutaire – peut-être plus, certainement pas moins. Elle est une véritable secousse sismique qui semble pouvoir refonder une avant-garde véritable et en remotiver l’idée même – à la manière de Tortoise quelques années auparavant. La réédition des deux premiers EP du groupe sur Warp, avec en perspective une diffusion large, est un événement de premier ordre.

Issus d’horizons divers, les membres de Battles ont su combiner à la perfection leurs backgrounds antagonistes : Ian Williams (guitare et claviers), John Stanier (batterie), Dave Konopka, (guitare et basse) viennent du rock hard-core tandis que Tyondai Braxton (voix, clavier, guitares, machines), collaborateur de Prefuse 73, s’est construit une solide réputation dans le jazz d’avant-garde. La réunion du rock le plus brutal et des démarches musicales les plus cérébrales, cela ressemble trait pour trait à Tortoise, et c’est aussi précisément ce qui fait tout le prix de la musique de Battles, indépendamment de leur glorieux ascendants. La ressemblance s’arrête là, en dépit d’une parenté lisible sur laquelle il n’est pas nécessaire de revenir.

Cette musique totale, on ne sait pas comment l’approcher de prime abord : cendres de hard-core, débris de free jazz, dépouilles d’avant-, post- et math-rock, fragments de hip-hop, la musique de Battles reconnaît ses origines pour en faire lucidement table rase, les écraser sous les pilonnages d’une grosse caisse barbare et omniprésente. L’énergie dégagée éclipse tout, emporte tout. Les références et le passé ne comptent plus quand s’impose une musique si sauvage et pourtant si évidemment pensée, maîtrisée, si porteuse d’enjeux théoriques et musicaux essentiels. Pratiquant à plaisir la déconstruction, elle parvient à réinsuffler une vie avérée à l’intérieur de cette vieille lune théorique à présent galvaudée. La musique n’est pas là pour appuyer des prises de position théoriques ou une pensée – elle procède au contraire de celles-ci, qui ne tardent jamais à s’effacer, car ici, c’est la musique qui pense, jamais les musiciens, ce qui change tout et fait précisément de Battles ce groupe nécessaire qui réconcilie sans aucun discours puissance sonique pure, équilibre et mesure, amplitude rythmique et recherche patiente sur la nature même du son. S’attaquant à tous les genres à guitares possibles, la musique de Battles les désagrège intégralement pour les réassembler selon une logique nouvelle essentiellement rythmique, à la fois sérielle, mathématique et incandescente, comme si la vie du son exigeait que les structures rigoureuses et répétitives patiemment tissées se heurtent à la furie électrique et percussive et cèdent sous ses coups de bélier après avoir développé une tension virtuellement infinie, entretenue par le jeu mi-improvisé, mi-écrit des guitaristes et les textures électroniques mutantes. Tout une gamme d’échanges et de dialectiques entre pensée et sauvagerie s’invente au fil des douze morceaux de ces deux EP, allant de lignes de guitares saturées, brutes et anguleuses, qui circulent d’un dispositif électronique à l’autre pour subir d’infinies transformations rhizomatiques – chaque segment donnant naissance à un nouveau segment, se divisant, se décuplant, s’accouplant à d’autres, modifiant lentement sa texture – aux morceaux purement laborantins, trames sonores épurées, compactes et hypnotiques.

Cette infinitude possible de la musique de Battles est peut-être son horizon le plus original, comme si chaque morceau témoignait de sa capacité secrète à se réinventer en permanence et de manière absolument nouvelle à partir de ses éléments initiaux : machine de guerre mathématique, la musique de Battles avance sans ciller, prête à tout pulvériser à partir d’axiomes bien définis et circonscrits. Inventer de petits morceaux d’infini en deux fois trente minutes, telle est la prouesse de cette formation d’ores et déjà essentielle.


Chroniqué par Mathias
le 24/02/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Playlists
En écoute - Septembre 2015
Gloss Drop
(2011)
Warp
Synth Pop / Math rock
Mirrored
(2007)
Warp
Electronica / Post-rock
Reportage
(21/04/2006)
@ Nouveau Casino
Interview avec Battles
(Avril 2006)

Reportage
(17/02/2006)
@ Fondation Cartier



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters