Accueil | dMute

Jimmy Edgar

: Color Strip



sortie : 2006
label : Warp
style : Electro / Hi-tech jazz-funk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/Pret'a'porter
02/My beats
03/I wanna be your std
04/LBLBDetroit
05/Personal information
06/Telautraux
07/Hold it attach it connect it
08/Jefferson interception
09/Of the silent variety
10/Semierotic
11/Color strip warren

Jimmy Edgar a un étonnant rapport savoir-faire / jeunesse, le physique et une marque de fringues pour devenir une icône de la musique électronique. Et son premier album arrive sur un label de référence : Warp records. Color Striped vient décliner sur la longueur un style auquel deux EP's nous avaient intéressés, basé sur des syncopes hip-hop agrémentées de cuts façon Prefuse 73 et un spectre sonore très Detroit (sa ville d'origine), sous infusion techno-jazz-funk.

Malheureusement, la sympathie première pour cette marque de fabrique s'étiole assez vite. Color Striped est un album au premier abord plutôt agréable, mais les constructions sont assez souvent répétitives (my beats par exemple assène la même pattern tout du long), et les digressions jazzy des synthés lassent, si bien qu'il s'achemine rapidement de lui-même vers le rayon "papiers peints sonores". De la même façon que Prefuse 73 entre autres, Jimmy Edgar semble participer malgré lui d'une électronique qui répéte une identité acquise sous la forme d'une banque de presets, et la fait varier à longueur de disques sans ne plus rien mettre en jeu d'essentiel.

Non pas que tous les morceaux se ressemblent, l'écoute attentive révèle qu'il y a encore des humeurs changeantes, electro old-school ici (Personal Information), pause ambiante ensuite (Telautraux), etc. Seulement leur manque d'aura et d'audace (hormis les effets de I wanna be your STD) les fait appartenir à un même ensemble indifférencié, qui interpelle trop rarement l'oreille (of the silent variety), quand ce n'est pas pour l'agacer (les claviers décidement trop bienveillants de color strip warren). En cherchant à réactualiser un certain esprit Detroit (l'héritage de Carl Craig, Cybotron...), Color Striped devient un bon exemple du danger qu'il y a, en cherchant le deep, à trouver le lounge. Cette fois, Jimmy Edgard avait décidement tout pour plaire, sauf l'inspiration.

Chroniqué par Guillaume
le 21/02/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Bounce, Make, Model
(2004)
Warp
IDM / Hip-hop
Access Rhythm ep
(2004)
Warp
Hip hop /electro



1 commentaire

par [knot] (le 02/01/2007)
...avec cette chronique.
Sur le même label, mieux vaut s'approprier l'album Elektroids., plus ludique et moins convenu.

Ou même mettre la main sur "The X Factor" de Richard X, electro-deluxe facile d'accès et brillamment produite, même si, certes, pas très "undaground".
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters