Accueil | dMute

Marc Wannabe

: Things don't last very long



sortie : 2006
label : Small Axe
style : Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01. rattle the pig
02. rydike
03. silek
04. klatt
05. the grey ash of voice
06. kulk_limit
07. white concept
08. der alte (feat. MOWE)
09. soft & sweet (feat. Column One)
10. professional music today
11. huley
12. gurkensteiger


Faire l’expérience de la musique de Marc Wannabe (aka Marek Wantzéck), c’est un peu comme entrer dans une électronica où toutes les textures auraient été aplaties, le spectre réduit au minimum. Et pas dans une optique minimale – c’est là où les choses étonnent davantage – mais dans une démarche bien connue, la construction de ce qui reste – en dépit des détours empruntés pour y parvenir – des chansons.

Et tout d’abord, parce que le rythme catchy s’impose dans chacun de ces douze titres. Ensuite, parce que la musique de Marc Wannabe évoque celle de Suicide (les mêmes aplats de textures) et, bien que ces deux musiques n’aient pas grand-chose à voir en terme de production (l’une hi-tech, l’autre lo-fi), le rapprochement fortuit de leurs sonorités introduit un spectre punk à l’intérieur de la musique de Marc Wannabe. Des détours pour construire cette musique, donc, mais pour aller avant tout à l’essentiel, vers un résultat d’une simplicité extrême, pour une musique qui défie violemment les lois les plus élémentaires de l’hygiène – exception faite de Gurkensteiger qui mobilise des vibraphones sophistiqués.

Des détours, donc. Marc Wannabe a élaboré cet album essentiellement à partir de sons issus de la bouche et de la gorge – à la manière du Bodily Functions de Herbert. Mais là où l’album de Herbert se voulait conceptuel d’un bout à l’autre – faire danser le corps à partir du corps dans une musique sensuelle dont l’unité entre le son et la démarche serait, pour une fois, totale, la musique de Things Don’t Last Very Long déguise son appareil conceptuel au profit d’une précision des textures, d’une immédiateté de ce qu’il reste à entendre. C’est là que réside la singularité de ce disque ainsi que son talon d’Achille : une simplicité séduisante qui peine à renouveler ses effets et ses stratégies sur la longueur.


Chroniqué par Mathias
le 18/02/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters