Accueil | dMute

Texas lo-fi corporation

: Arithmetic paperplane



sortie : 2005
label : Popular modern themes
style : Electronica / Post-Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Personal drone
02/ Asphalt light
03/ Kangourou Jack
04/ Je me noie
05/ Living with other
06/ Cielo dive
07/ Massive airlines
08/ Briseglace

Nous devrions toujours écrire sur les disques que nous écoutons et dont nous voulons parler comme s’ils étaient essentiels, fondamentaux, non pas indépassables, mais incontournables. Qu’ils le soient ou non, ce n’est pas ça qui importe. Ce qui importe, c’est que nous en fassions la fiction. Car, si nous ne faisons pas cette fiction, à quoi bon écrire, c’est-à-dire : à quoi bon se parler de ces disques ?

Parler ainsi, de cette voix fictive qui propose une forme de nécessité, c’est en l’espèce affirmer qu’il faut se méfier de la simplicité. Elle n’est parfois qu’une apparence. Mieux : elle n’est parfois qu’un subterfuge. Ou bien, c’est un piège dans lequel il est bon de se laisser tomber et dans lequel il faudrait dès lors apprendre à tomber.

En écoutant Texas lo-fi corporation, on risquerait d’avoir l’impression que rien ne se passe, que rien ne se produit dans cette production et que tout s’y déroule de manière continue, sans haut ni bas. C’est vrai qu’il n’y a pas de solution de continuité, qu’il n’y a pas de déploiement, mais des plages qui se succèdent et qui visitent chacun un coin de cette electronica teintée de riffs de guitares et de voix comme des échos, qui caractérise Arithmetic paperplane. Cette impression est justifiée car, c’est bien dans l’évidence d’une écoute confortable que ce disque nous entretient. Personal drone, qui donne le ton de l’album, semble tout ignorer de la complexité contemporaine de l’electro, des structures faussement linéaires dans lequelles germent des idées de breaks constants, de même qu’il ignore la manière dont elle lorgne vers la pop, le clinquant fluo de certains sons synthétiques.

La simplicité n’est pas la platitude, ce n’est peut-être même pas tant une conception de la musique qu’une manière de l’aborder, de s’y rapporter et de la produire qui cherche moins à perturber des dispositifs, à brouiller des pistes qu’à les présenter (Asphalt light, Je me noie). Aussi, Massive airlines parvient à mêler la scansion dub du tempo, des basses synthétiques et des riffs de guitare “post-rock” (qui sont encore sensibles sur Briseglace) sans choquer : un tel mélange n’a rien de la transgression ou de la provocation, c’est une alliance de formes et d’atmosphères dont le principe est décliné avec un naturel qui est finalement assez rare en musique.

L’important serait donc de comprendre que ce qui nous retient, ce qui apparaît comme en tension derrière la simplicité de la musique de Texas lo-fi corporation n’est pas tant dans la musique elle-même que dans notre écoute, dans cette attente que fait naître la musique au sein même de notre écoute. C’est en somme cela le subterfuge de la simplicité de cet Arithmetic paperplane : parvenir à créer une attente qui sera peut-être déçue, mais qui ramène constamment à la musique, attire à elle une attention qui pourrait la fuir.


Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 08/02/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters