Accueil | dMute

Her Space Holiday

: The Past Presents the Future



sortie : 2005
label : Wichita
style : Electro-pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Forever and a Day
02/ Missed Medicine
03/ The Weight of the World
04/ Self Helpless
05/ You and Me
06/ Small Setback to a Great Come Back
07/ The Good People Everywhere
08/ A Match Made in Texas
09/ The Great Parade
10/ The Past Present the F

Autant vous le dire tout de suite nous sommes déçus. Avec ce cinquième opus, Marc Bianchi ne reconduit pas la finesse et la grâce qu'il avait atteintes avec ses deux précédents albums, Manic Expressive et The Young Machines, sans conteste ses deux meilleures réalisations à ce jour. Pourtant, on sent bien que l'Américain a essayé, a cherché à renouveler sa musique. Mais quelque chose s'est perdu en route.

The Past Presents the Future laisse une place remarquable aux rythmiques. Des clappements de main ici, une batterie chargée d'une énergie rock là, un lourd beat entraînant ailleurs, et partout des rythmes electronica, voire par moment drum'n'bass, en import direct de chez Warp. Mais à trop travailler et à trop mettre en avant ses rythmiques, Marc Bianchi vide ses compositions et néglige les mélodies, si bien qu'on a souvent l'impression répétitive de n'entendre qu'une voix détachée chantonnant trois notes sur une beatbox de luxe (Self Helpless, The Good People of Everywhere). Un peu aride.

Pourtant il serait faux d'affirmer que Marc Bianchi a rangé au placard ses prétentions de pop singer. Au contraire. En témoignent les deux belles ballades pop et folk (The Great Parade et The Past Presents the Future) qui apparaissent en fin de disque. Tout en douceur. Marc Bianchi est plutôt convaincant une guitare sèche entre les mains. On en viendrait presque à espérer que Her Space Holiday lâche ses machines pour composer un album entièrement acoustique.

Ce serait négliger que The Past Presents the Future, même s'il ne restera pas comme une oeuvre marquante de Her Space Holiday, comporte quelques moments de toute beauté (Forever and a Day et You and Me) lorsque les arrangements symphoniques, cordes et bois, violons et hautbois se mêlent aux pulsations électroniques dans un tout fort et ambitieux. Dans ces merveilleux moments, Marc Bianchi retrouve son inspiration passé. Espérons qu'il la conserve à l'avenir.

Chroniqué par dfghfgh
le 01/02/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Young Machines
(2004)
Wichita
Electro-pop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters