Accueil | dMute

Isobell Campbell & Mark Lanegan

: Ballad of the Broken Seas



sortie : 2006
label : V2
style : Pop / Folk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Deus ibi est
02/ Black mountain
03/ The false husband
04/ Ballad of the broken seas
05/ Revolver
06/ Ramblin' man
07/ (Do you wanna) Come dance with me
08/ Saturday's gone
09/ It's hard to kill a bad thing
10/ Honey child what can I do?
11/

Voilà le couple surprise de 2006! D’un côté, la voix rauque et ténébreuse de Mark Lanegan, ex-Screaming Trees et collaborateur régulier des Queens of the Stone Age. De l’autre, celle plus sucrée d’Isobel Campbell, échappée de l’aventure Belle and Sebastian et de son projet Gentle Waves. Une rencontre inattendue, initiée par la demoiselle, qui a composé la plupart des titres de cet album et en a assuré la production.

Dès le magnifique titre d’ouverture, Deus ibi est, on ne peut s’empêcher de penser à certains duos mythiques de l’histoire de la pop. En tête, bien sûr, celui formé par Nancy Sinatra et Lee Hazlewood. Mais le jeu construit ici autour de l’opposition de ces deux voix rappelle plus encore les formidables rencontres qui émaillent Murder Ballads de Nick Cave (Ballad of the broken seas en est l’exemple le plus frappant). Une dualité de ton qui permet encore aux compositions de cet album de rappeler aussi bien l’Ouest décharné des derniers albums de Johnny Cash que les ballades acoustiques de Simon & Garfunkel (Black mountain comme une réminiscence de Scarborough fair ).

Cette formule hybride trouve son paroxysme sur un titre comme The false husband. La guitare et la voix de Lanegan créent un blues rugueux, évoquant les tensions d’une ouverture de western, mais l’apparition d’Isobel Campbell, soutenue par une guitare acoustique et des cordes délicieusement pop, ramène la mélodie vers un doux soleil sixties. Et quand sa voix se fait murmurante sur Revolver, elle gagne encore en charme mutin, jusqu’à devenir irrésistible sur (Do you wanna) Come walk with me ?, duo en forme de jeu de séduction.

La fin de l’album varie quelque peu, sans pour autant abandonner ce jeu de contrastes. Le rythme par contre se transforme, sous l’influence des percussions (Saturday’s gone) ou sous l’impulsion d’une guitare plus enlevée (l’instrumental It’s hard to kill a bad thing). Enfin, les derniers titres sont l’occasion pour chacun de s’offrir une virée en solitaire. Le mélancolique Dusty wreath rappelle ainsi un saloon à l’heure de la fermeture, Isobel Campbell susurrant une mélodie éthérée, alors que Mark Lanegan impose une country dépouillée avec The circus is leaving town, sa voix rappelant le Leonard Cohen de ces dernières années.

A la fois homogène et varié par petites touches, Ballad of the Broken Seas apparaît comme un mariage étrange et réussi entre country et pop sixties. Une formule qui doit autant aux deux voix réunies dans ce couple qu’au talent de songwriter d’Isobel Campbell. Disque intemporel et maîtrisé, on espère que cette première collaboration ne restera pas sans suite, tant on en ressort séduit.

Chroniqué par Christophe
le 31/01/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters