Accueil | dMute

Anti-Social Music

: ...Sings The Great American Songbook



sortie : 2005
label : Peacock
style : Musiques Improvisées / Musique Contemporaine / Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
1. Fracture II - Muchmore
2-4. ...Hero Cops & Olympic Gold [SymphonASM No. 1.]
5. Kilter - Hess
6. Song - Thomson
7-13. Seven Songs of Zen, Love, and Longing
14. Lycanthropy of a Poe Poem
15. Breakbeat
16. Each Today is Yesterday's Tomorrow (for Mo

Un songbook, pour quoi faire ? Pour revisiter le répertoire populaire américain dans une sonoclastie qui ferait se rejoindre le punk et la musique pour orchestre, contemporaine pour être plus précis. Quelque chose d’aussi improbable que la réunion sur un même disque des Sex Pistols et de Conlon Nancarrow, le tout interprété par Bang on a Can. Improbable, si un esprit post-moderne en diable ne s’était pas mêlé de la partie, pour accoucher de ce disque.

Approche qui met en jeu très peu d’intellect mais beaucoup d’affect, d’intuition et d’énergie, selon une approche qui convoque aussi bien John Zorn et Nico (dont certaines chansons sont reprises) que Steve Reich, Pierre Boulez que John Coltrane. Et qui s’inscrit donc moins dans une démarche déconstructiviste que dilacératrice, les musiciens faisant manifestement preuve d’un soin méticuleux à tout saloper, mettre en pièces, réduire en lambeaux, sans jamais entrer dans l’esprit de géométrie qui caractérise les approches déconstructives.

Et donc, nous voilà embarqués dans le grand livre des chansons américaines, sorte d’ouvrage impie dont la préface contient à elle-même tout le projet, qui passe sans sourciller de l’orchestration symphonique aux explosions de guitares électrifiées, aux sections de cuivres pulsées et free avant de finir en ballade folk. Ici, Anti-Social Music rend un hommage grotesque à Steve Reich, ailleurs, le groupe s’en prend au blues, le gonfle à coups d’arrangements et d’orchestrations toujours balancées entre dissonance et harmonie, parfois un peu attendues, souvent déjà entendues, certainement trop référencées et dissimulées seulement par la joie dégagée du jeu collectif. Une petite déficience dans l’originalité de l’écriture que rachète la singularité du projet.

Pour peu qu’on ne refuse ni le punk des premiers temps, ni la musique contemporaine, ce disque devrait satisfaire tous les appétits d’ouverture.


Chroniqué par Mathias
le 29/01/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 11/12 - Blog
Les oubliés de 2018
sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters