Accueil | dMute

Black Forest/Black Sea

: s/t



sortie : 2005
label : Asphalt Duchess
style : psyche-folk / musique expérimentale

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ sevastopol
02/ blackbird on gray sky
03/ middle song
04/ banjo song
05/ beautiful here
06/ sunday market
07/ lumpin throat
08/ sea song
09/ lump in throat



Le jeune label Asphalt Duchess rééditee le premier album de Black Forest/Black Sea aujourd’hui introuvable, sorti en 2003 sur le label américain Last Visible Dog, désormais agrémenté de deux bonus tracks (une reprise de Robert Wyatt et une version alternative de Lumpin throat) . Engouement de ces derniers mois pour le folk aidant (sous des formes variées, neo-folk hippy façon Devendra Banhart, psychédélique made in Animal Collective, ou classieux à la Jose Gonzalez), on peut supposer que ce disque ressort à point nommé pour récolter de nouveaux suffrages. C’est tout le mal qu’on souhaite à Black Forest / Black Sea, qui nous offre un premier album réussi.

Si la musique du duo formé par Jeffrey Alexander et Miriam Goldbe rappelle par instants la gravité suave de Rachel’s (les phrases de violoncelle n’y sont pas pour rien), elle met avant tout à l’honneur une sorte de folk en partie improvisé aux idées larges. La noirceur pesante du premier titre semble d’abord augurer la tristesse empesée d’une musique de chambre (mortuaire). En réalité, de troublantes dissonances nous informent aussitôt sur les intentions du groupe : à cette solennité triste, Black Forest/Black Sea assène insidieusement de lancinants coups de butoir rythmiques (Black bird on gray sky)qui, alliés à la force corrosive d’effets électroniques bizarres, s’attachent à en saper les fondations fragiles.
L’univers sylvestre du groupe, nourri aux aux field recordings (chant d’oiseaux, bruits divers) n’est pas une jolie forêt enchantée, c’est un lieu ombrageux résonnant de ces expérimentations dysphoriques aventureuses, qui confèrent aux morceaux un charme singulier et entêtant. Beautiful here est un canevas de voix féminine et de coups d’archets, Sunday Market se délite tranquillement dans les stridences d’un sax en roue libre tandis qu’un violoncelle presque enjoué prend bientôt l’initiative, scandé par des percussions rachitiques. Lumpin throat c’est le voyage pour pas cher, ambient pervertie façon Asleep from day de Chemical Brothers version low cost, qui nous fait survoler la canopée à peu de frais dans une nacelle bancale : une boîte à rythmes qui donne le minimum syndical, quelques notes ondulatoires d’orgue d’antiquaire et autres sirènes de guitare suffisent pour nous élever jusqu’aux cimes. La version alternative de Lumpin throat qui clôt l’album, bulle psychédélique alanguie, nous élève encore un peu plus vers des airs raréfiés.

Black Forest/Black Sea, ou une étrange ascension de l’humus jusqu’au ciel.


Chroniqué par Imogen
le 27/01/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reportage
(17/12/2006)
@ Générale



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters