Accueil | dMute

Steinbrüchel

: Opaque + RE



sortie : 2005
label : Room40
style : Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Steinbrüchel - Opaque
2/ Chris Abrahams - Falling into places
3/ Ben Frost - Vedurathugan
4/ Taylor Deupree - Forest/Opaque
5/ Oren Ambarchi - Lost time not found again
6/ Toshiya Tsunoda - Untitled

Au printemps 2003, Ralph Steinbrüchel a été convié par le festival Taktlos de Berne, en Suisse, à écrire une pièce pour leur acousmonium. C’est le point de départ de ce disque.

On a abondamment traité du problème des citations (intertextualité, comme on dit) en matière de littérature et de cinéma, bien moins en matière de musiques électroniques et populaires : parce qu’on ne les considère pas comme productions écrites, comme texte, mais surtout parce que celles-ci sont nées une seconde fois via la pratique du sampling et du remix, qui les constituent désormais en propre jusqu’à se faire oublier, ne plus permettre qu’on les pense. Cette question, Steinbrüchel s’y inscrit en droite ligne en en proposant une vision qui est à la fois pratique et théorie, une pratique qui n’occulte pas les enjeux théoriques du remix et du sampling. Un travail collectif en cinq couches à densités variables, réunissant Oren Ambarchi, Chris Abrahams, Ben Frost, Taylor Deupree, et Toshiya Tsunoda, chacun choisi pour la pratique singulière de son instrument ou de son champ d’exploration ; guitare pour Ambarchi, piano pour Chris Abrahams, Ben Frost pour son travail sur les larsens « processed », Deupree pour les mélodies « processed » également, et Tsunoda pour son travail dans le field recording. Travail collectif à la charnière de la réécriture, de la réinterprétation et de cinq pratiques instrumentales contemporaines diamétralement opposées. Cinq définitions de la réécriture qui s’accumulent les unes sur les autres pour lancer une proposition multiple, sorte de quintalogie des possibles en la matière.

Pour commencer, le morceau-source, Opaque de Steinbrüchel, pièce à couches multiples, nappes aquaphréatiques, micronotes parasites, crépitements, embrasements, lignes de forces et dynamiques sonores en conflagration selon des rythmes pluriels. Viennent ensuite quatre traductions aveugles, chacune réalisée à partir de trois samples issus de l’original (des samples différents pour chaque morceau), sans que chacun des musiciens ait jamais entendu la pièce d’origine. Opaque, pièce opaque, tâche aveugle au cœur des quatre autres morceaux, invisible mais présente dans l’intuition que chacun en a. Série de palimpsestes où chaque nouvelle couche repousse dans l’oubli la précédente, tout en cherchant à révéler la toute première. A ce stade où chaque réécriture s’efface pour enfin disparaître dans un espace sonore qui est autant page blanche que partition informatique, à la fin accumulés dans les réécritures successives, chaque texte s’assemblera en un texte final illisible pour un cryptogramme, opaque. Un travail dans la droite ligne du son contemporain tel que le définit ::Room40::, approche idéalement équilibrée de la théorie et de la pratique, de la pensée et de la sensation.


Chroniqué par Mathias
le 19/01/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Top
Nos sélections 2015
Parallel Landscapes
(2015)
12k
ambient / Minimalisme



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters