Accueil | dMute

Al Margolis

: Gruntle



sortie : 2005
label : Absurd
style : Musiques improvisées / Musique électro-acoustique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ bwana bass loops with e-bow (1995?)
(bass guitar, delays, e-bow)

02/ 20 violins (v. 2) (11/23/01)
(multiple violins)

03/ gruntle (4/28/02)
(moog rogue, akai s-612 sampler, yamaha dx-9, korg guitar synth, arp 2600)

04/ dis)gruntle (6/12/02)

La musique d’Al Margolis pourrait se définir, par défaut, comme le carrefour de la musique répétitive américaine et de la musique électro-acoustique, de celle dont on ne sait trop si elle est improvisée ou écrite. J’écris par défaut parce que – et c’est ce qui fait sa qualité particulière – de nombreux incidents sonores ont à charge de faire imploser toute structure trop régulière (voilà pour la musique répétitive) et parce que les moyens de productions mis à contribution par Al Margolis hissent définitivement sa musique hors de toute définition ou catégorisation trop strictes de cette musique (la musique électro-acoustique, devenue ni acoustique, ni électronique, ne s’en relèvera pas) : ainsi de Bwana bass loop with e-bow, qui met en jeu des textures flottantes, des nappes obtenues à l’aide d’un e-bow, et qui, avec ces moyens rigoureusement électriques, interdit toute identification du son, toute domestication dans une grammaire musicale désormais vouée à l’échec pour le reste du disque. Al Margolis produit de la musique selon une sorte d’aphasie, comme un art brut, selon un geste compulsivement répété, rudimentaire, où les couches d’objets sonores toujours identiques, toujours changeants, s’empilent les uns sur les autres, dans une œuvre à la fois close et ouverte, close dans sa répétition, ouverte dans son principe, sa réécriture permanente des quelques minuscules morceaux de phrases ânonnés les uns après les autres.

La musique, donc, une affaire de textures avant tout, d’après Margolis. Gruntle vient le confirmer, en mettant à profit un Moog Rogue, un sampler, un Yamaha dx-9, un pédalier pour guitare, et un Arp 2600. Autant de moyens devenus traditionnels en matière de musiques électroniques, qui semblent détournés (j’écris qui semble car après tout, impossible de donner la moindre origine possible à ces sons) comme Sonic Youth détournent les guitares. Des moyens divers, assemblés en une seule voix, un même timbre, une même décharge électrique qui galvanise la durée, fait se cabrer le temps, le sature, le colore. Ni field recording, ni ambient, la musique de Margolis est avant tout en prise avec les conditions même de l’expérience – le temps, l’espace – et tout ce qui se greffe autour en terme de particularités atmosphériques ; elle est une lutte, une manière de capter des courants pour saboter l’enregistrement, le biffer calmement, et met en crise toute forme de définition. Surtout, c’est dans l’effacement de toute origine sonore possible que la musique de Margolis trouve sa singularité, et trouve le moyen d’exister ici, devant nous, hors de toute considération de production. Ironiquement, que Margolis livre ses moyens de production sur la pochette doit nous amener à statuer sur leur nullité à l’intérieur de l’espace sonore : rien n’est advenu de ces instruments, seul se tient, debout, tremblante, vacillante tant elle est électrique, une masse, un fluide sonores, un lieu qui est devenu, quand entrent les champs d’oiseaux de (Dis)Grunlte, constellation, espace mesuré et habitable. La musique d’Al Margolis, en dépit de ses sonorités singulièrement originales et séduisantes se préoccupe moins de production musicale à proprement parler que de creuser des niches où vivre, le temps d’un collage, à l’écart du temps.


Chroniqué par Mathias
le 04/01/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Rex Xhu Ping
(2005)
Pogus
Ambient expérimentale



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters