Accueil | dMute

SPUNK

: En Aldeles Forferdelig Sykdom



sortie : 2005
label : Rune Grammofon
style : Musique improvisée / Musique électro-acoustique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ marbles
02/ mårenhår
03/ dead man watching
04/ lunleik
05/ twinkle wrinkle
06/ sans
07/ hvis en kantklipper fikk lov til å synge
08/ kameleon

SPUNK, le collectif féminin norvégien emmené par Maja Ratkje (Maja Solveig Kjelstrup Ratkje pour être exact – chant, électronique et theremin) sort son troisième album (traduction magique : Une maladie absolument terrible) en exactement dix ans, toujours accompagnée de Kristin Andersen (Trompette, violon et flûte), Lene Grenager (Violoncelle), Hild Sofie Tafjord (Trompette, flûte et électronique). Un line-up plutôt baroque pour ce disque-anniversaire issu d’un concert capté le 06 novembre 2004 à la Fabrikken, à Oslo.

Album qui n’est pourtant pas un live à proprement parler quand l’on pense à la volonté constante affichée par les quatre femmes de toujours dominer leur matériau, le réécrire, le dompter. Pas de reprise de morceau publié antérieurement sur ce disque, pas de réécriture de l’œuvre passée, simplement le souci de lancer au public norvégien des improvisations pour le moins débridées avant de les rattraper au vol pour d’intenses sessions de révision encloses dans les huit morceaux de l’album. La réécriture toujours dirigée en avant.

Dans ce disque court (on s’en doutait), pas de temps à perdre : tout va très vite, et l’album enchaîne fulgurances et fusées sans laisser d’espace aux recoins et aux dépressions. Tout est relief proéminent, selon la courbe ascendante d’une exultation sonore réjouissante à écouter, tant elle refuse de laisser ne serait-ce qu’un seul instant de répit à ses auditeurs. Violentés, secoués, trimballés dans toutes les directions que permet l’espace (et quelques unes supplémentaires, tant la surprise est omniprésente), nous voilà littéralement aplatis au bout de trente sept minutes, comme des poupées de chiffons vidées de leur bourre.

Pour en sortir, en définitive, stimulés, à moins d’être définitivement réfractaires à tout geste free et/ou bruitiste : car ce qu’il y a à retenir de SPUNK, en plus de l’énergie rare manifestement déployée à chaque seconde, c’est une capacité à se jouer de tous les écueils possibles d’un pareil exercice avec humour et brio, que ce soit l’hermétisme délibéré et gratuit, le trop de sérieux, et une certaine codification des geste qui veulent refuser les codes. Dans un esprit potache et iconoclaste à la fois, arty tout en restant sincère, le quatuor des dames prouve qu’il en a – quoi ? Du talent bien entendu !


Chroniqué par Mathias
le 20/12/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters