Accueil | dMute

Villeneuve

: First Date



sortie : 2005
label : PIAS
style : Pop électronique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ mercury
02/ the falling
03/ ...
04/ oh no
05/ tomorrow never
06/ words are meaningless
07/ pause
08/ things are gonna change
09/ sport hit paradise
10/ men like you
11/ alone, not alone
12/ plus vite que le temps
13/ does anybody hear now

On a entendu Benoît de Villeneuve frapper ici et là – souvent fort, à l’instar de son remix de Return to Nassau pour Purple Confusion, grosse tuerie pop, mélodie addictive sur des beats déstructurés, des basses booty et une voix cajoleuse : rarement un producteur avait rendu un morceau électronica aussi sexy. C’est que Villeneuve est surtout songwriter, casquette qu’il confirme avec ce First Date, premier rendez-vous qui évoque quelque émoi virginal d’adolescente en fleur mais surtout premier album après ses collaborations pour M83 (Dead Cities, Red Seas & Lost Ghosts). Un songwriter qui met le producteur en lui au service de l’évidence mélodique, de la transparence de l’écriture.

Villeneuve représente donc une sorte de convergence idéale entre ces deux rôles auparavant dissociés, convergence doublée (ou plutôt triplée) d’un arrangeur de grande précision. Ce qui fait la qualité de ce premier album, c’est donc, vous l’aurez compris, davantage la maîtrise impressionnante à laquelle atteint Villeneuve que la nouveauté ou l’originalité de ses morceaux. Rarement on aura eu autant le sentiment de voir apparaître une figure à ce point toute armée : aucune maladresse, aucune gaucherie sur ce First Date ; Villeneuve est déjà un homme d’expérience. Les voix virginales de Mélanie Pain trouvent ainsi une sorte de réconfort viril dans ces productions sans accroc, comme si le rapport artistique entre la muse et le poète, entre la voix et le compositeur se doublait d’un rapport d’initiation qui a clairement quelque chose de sexuel, dépucelage et découverte de l’amour en treize titres dans les bras du Prince Charmant : témoins le titre, First Date (comprendre, aussi bien, First Time ou First Love), et un morceau comme Words Are Meaningless, invitation charnelle et mutine.

Et si l’originalité de l’écriture passe en retrait par rapport au savoir-faire, à l’orfèvrerie, c’est que cet album se découvre d’emblée comme un essai pop ultra-référencé, allant du songwriting tendance folk (Plus Vite Que Le Temps, pour sa guitare acoustique bucolique) à la pop psyché-symphonique de Mercury Rev (cité explicitement dans le titre d’ouverture) en passant par un hybride pop / r’n’b dans Men Like You, essai davantage électronica avec Alone, Not Alone ou incursions sur les terres de The Notwist ou Hood lorsqu’à la tradition pop la plus pure se joignent des sonorités plus électronica (Tomorrow Never, Things Are Gonna Change). Premier album doublé d’une exploration multidirectionnelle et post-moderne des intérêts et savoir-faire de son auteur, First Date aurait pu n’être qu’une simple carte de visite remarquablement mise en page si la démonstration de force n’avait été aussi brillante, aussi éclatante. Il est clair que si Villeneuve parvient à convaincre son auditeur, c’est parce qu’il y va – en partie – à l’épate, dans une sorte de décomplexion, de confiance en soi absolues et même peut-être de décalage par rapport à ce qu’on peut attendre d’un producteur pop contemporain : la fraîcheur de ce disque réside moins dans sa singularité que dans son innocence totale, sa naïveté (elle aussi virginale) intégralement assumée et que résume magnifiquement un titre comme Plus Vite Que Le Temps. Morceau démesurément sentimental, sublime chanson à propos d’un amour lui-même sublime, Villeneuve nous convaincrait presque (il y parvient, à la vérité) que l’amour peut rédimer le monde, le rendre à sa virginité. Devant de pareilles beautés, la question de la singularité de cet album s’efface presque complètement : le chroniqueur consciencieux, en quête de renouvellements ou de révolution pop, rend pour cette fois les armes et s’abandonne aux matins radieux de la musique de Villeneuve.


Chroniqué par Mathias
le 28/11/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters