Accueil | dMute

Audiopixel

: Memento Rumori



sortie : 2005
label : Collectif Effervescence
style : Post-rock / electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
1. Je te parle maintenant, même si tu ne répondras jamais
2. Rumori Brouillon
3. J'ai Plus De Peine Pour Un Chat Ecrasé
4. Puzzle Fragment/ Pop Shove-It
5. Velocity Ballering
6. Origami Mon Ami
7. Rumori Papillon
8. From Caldas Da Rainha To

Souviens-toi des rumeurs. Beau titre qui nous introduit de la plus belle des manières dans son univers de bruissements, de chuchotements, de chuintements (From Caldas da Rainha to Sao Martinho do Porto, Origami Mon Ami), et de rumeurs, donc. Univers à la fois acoustique, électrique et électronique, très aéré, enchevêtrement de sons et de fragments de mélodies selon un ordre secret, invisible, où l'instrumentation post-rock (guitares, basses volontiers imposantes, quelques percussions minimales) se mêle au laptop (Je te parle maintenant, même si tu ne me répondras jamais) pour accoucher d'un disque à la sensibilité hybride et, à n'en pas douter, d'une grande délicatesse.

Les rumeurs d'Audiopixel sont comme des trames lâches où viennent prendre place des sons divers, instruments, voix (le nourrisson de J'ai plus de peine pour un chat écrasé, les enfants de Je te parle maintenant, même si tu ne me répondras jamais ou Natas), grésillements informatiques et glitches en tout genre. Des rumeurs de toute origine, instrumentale, vocale, informatique, et le sentiment que ce disque qui parle plusieurs langues (From Caldas da Rainha to Sao Martinho do Porto, Natas encore, à la fois franco- et anglophone, Puzzle Fragment / Pop Shove It) est un creuset où viennent s'échouer les vents et les voix des quatre coins du monde.

Souviens-toi que tu vas mourir. Mais en attendant, la musique offre quelques accalmies sereines qui éloigneront les pensées funèbres. Celle d'Audiopixel excelle dans les climats bucoliques et sereins (Origami Mon Ami, pliage sonique qui mêle expérimentations laptop et couronnes tressées de guitare acoustique) et est un peu plus maladroite quand elle cherche à correspondre aux canons post-rock qui affectionnent les structures en crescendo jusqu'à un climax explosif (Natas). Au contraire, les morceaux arythmiques comme Rumori Brouillon ou Rumori Papillon sont les plus convaincants, les plus délicats, les plus singuliers, ceux dont la qualité poétique est la plus évidente. Qui plus est, ces expériences sonores ont lieu le plus souvent dans des formats courts (le tout étant lui-même relativement bref), ce qui nous épargne tout appesantissement ou volonté démonstrative. Sans être réellement pop dans l'esprit ou la production, cet album garde de la pop une même volonté de légèreté, de brièveté, d'abandon apaisant. Luxe, calme et volupté : une invitation au voyage qu'on aurait tort de refuser.


Chroniqué par Mathias
le 24/11/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters