Accueil | dMute

Icarus

: Carnivalesque



sortie : 2005
label : not Applicable
style : Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Part 1
02/ Part 2
03/ Part 3


Objet adressé autant à l’intelligence qu’aux sens (cas suffisamment rare pour que l’on s’y attarde) ; sorte d’équilibre idéal entre sensualité et intellectualité : Carnivalesque d’Icarus est ainsi. Objet d’abord conceptuel, mais qui accuse pourtant sa matérialité irréductible, ce mini-album est se présente comme un ready-made, galette glissée dans une boîte de CD récupérée, réappropriée à l’aide d’un bandeau blanc portant le titre typographiquement sens dessus dessous Carnivalesque. Objet-blague que n’aurait pas renié Marcel et qui porte magnifiquement son nom : cette manière de détourner, de renverser, d’instituer un désordre en guise de nouvelle règle est le geste fondateur de la musique d’Icarus.

Cette manière parfaitement anti-sociale et incivile (déclaration de guerre aux droits d’auteurs et à la propriété intellectuelle à l’horizon) de se loger dans la boîte des autres n’est que le signe avant-coureur d’une musique qui, sous couvert d’anonymat (un personnage mythique en guise de pseudonyme, trois titres sobrement nommées Part 1, Part 2 et Part 3), a surtout à cœur d’abattre les frontières génériques et identitaires entre les sons et les formes musicales, d’investir et d’annexer les territoires au-delà des frontières. Comme si, d’une certaine façon, Sam Britton et Ollie Brown, les deux têtes du duo, s’étaient nommés Ubu à la place d’Icarus. Car il s’agît bien là d’une blague de potache, certes talentueuse, peut-être géniale (qui sait ?), fomentée par deux éternels étudiants (Ollie prépare un doctorat concernant la simulation de l’évolution biologique, Sam s’apprête à étudier pendant un an la composition à l’IRCAM) mais ouvragée avec un soin et un sens du détail, de la musicalité et du bordel confondus qui dépasse de loin la simple blague. Comme quoi, même les pires farceurs peuvent se révéler de redoutables intelligences.

La musique d’Icarus est faite de larges pulsations entrecoupées de respirations, de mouvements plus calmes et amples, à moins que e ne soit l’inverse (allez savoir, dans un carnaval). Carnivalesque est un objet bâtard ; outre qu’il loge dans la boîte des autres, il joue la confusion entre les pratiques : trop long pour être un EP, trop court et chaotique (trois titres) pour être un album au sens propre, ce disque a d’abord été improvisé, performé et enregistré en live, avant d’être ré-architecturé à plusieurs reprises au cours de périodes de post-production multiples. C’est dire si une pratique et son contraire se logent dans ce travail. La répétition incantatoire s’accouple au bruitisme et au chaos sonore le plus minutieux, le travail rythmique s’approche du sound design. Les mélodies et les sons synthétiques s’engorgent de samples innombrables, rebuts sonores, musique du déchet, résidus organisés selon une logique de superposition, d’accumulation : on n’est souvent pas loin du mash-up. A la manière de dDamage, la jouissance brute du bruit s’allie avec un plaisir rare à la séduction mélodique. Une procession colorée, peuplée de larrons, de figures foraines, de monstres joyeux ou tristes, flux sans ordre mais qui va toujours de l’avant : un carnaval, donc ! Et comme le veut la tradition, le carnaval est ce moment de fraîcheur, de vitalité et d’intensité retrouvées où le corps populaire s’affranchit de la tutelle du pouvoir, reprend conscience et exalte son corps collectif, multiple, immortel : moment de joie intense et d’espérance sans borne. Irrévérencieux de bout en bout, Carnivalesque se montre tout même respectueux de ce dernier principe et c’est tant mieux.


Chroniqué par Mathias
le 20/11/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters