Accueil | dMute

Troy von Balthazar

: Troy von Balthazar



sortie : 2005
label : Olympic Disk
style : Pop / Songwriting

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ TVB has fingers
02/ Took some $$
03/ I block the sunglight out
04/ Dogs
05/ Magnified
06/ Numbers
07/ Real strong love
08/ Bad controller
09/ Perfect
10/ Old black Joe
11/ The color comes
12/ You, when you're drunk
13/ Rainbow
14/ Cover u

Pour tous ceux qui ont eu la chance de le voir en concert durant ces derniers mois, l’image d’un colosse fragile est sans doute celle qui colle le mieux à Troy von Balthazar. Seul armé de sa guitare, l’imposant ex-chanteur de Chokebore s’offre tout entier dans un numéro scénique mêlant émotions, décalages et postures imprévisibles. Dans la lignée d’autres voyageurs solitaires aperçus sur scène ces dernières années (comme Joseph Arthur ou Dominique A, pour qui il ouvrait justement en 2004), Troy von Balthazar maîtrise à merveille l’art d’insuffler son univers par l’utilisation variée de pédales et d’effets propres à démultiplier sa seule six-cordes. Succédant à ce rodage de belle facture, son premier album solo sort aujourd’hui, précédé d’une rumeur élogieuse, portant en lui les espoirs entrevus sur les planches.

Après une intro en forme de spoken words étranges (l’incessant "TVB has fingers"), Took some $$ esquisse les traits d’un songwriting acoustique virant en une pop minimaliste, toy piano en renfort. Ethéré et synthétique, I block the sunlight out laisse entrevoir la face plus sombre de Troy von Balthazar, aux effluves désespérées, allégées pourtant par l’instrumentation réduite qui l’entoure. Dogs, qui voit l’apparition d’une voix féminine presque naïve, renvoie à nouveau vers la pop pour l’une des mélodies les plus accrocheuses de cet opus. En trois titres à peine, l’univers de ce premier album est posé, de la mélodie à la noirceur, toujours teinté de mélancolie. On pense à Elliott Smith, dans le studio duquel ont été enregistrées ces chansons, mais aussi à Eels ou Beck pour certaines intonations de la voix, voire aux premiers Hawksley Workman, lorsque Troy von Balthazar s’embarque dans des virées décalées dignes d’un cabaret fauché.

Seul de bout en bout – à l’exception de la voix féminine entendue plus tôt, présente sur deux morceaux – Troy tient la guitare, la batterie et les chœurs, auxquels il adjoint un pendant plus joueur par son usage de boîtes à rythmes, synthés d’enfant ou encore dans sa propension à trafiquer les sons. Sans jamais perdre de vue l’art de la mélodie (Dogs, Real strong love, Heroic little sisters), il s’autorise des virages plus barrés et décalés, déconstruisant par petites touches son songwriting aéré, le confrontant aux univers les plus incongrus. Une comptine japonaise fait ainsi son apparition en milieu d’album (The color comes), entêtante, avant de resurgir sur Playground, se calquant sur la guitare du refrain. Mais c’est sans doute Bad controller qui est le plus représentatif de ces procédés, triturant la voix à l’extrême, jusqu’à la transformer en une narration rauque et ralentie. Un titre plus sombre et oppressant, qui prépare à l’incroyable Rainbow, l’un des nombreux sommets de cet album, chanson construite autour de deux lignes de guitare, l’une lourde et grave à l’arrière-plan, l’autre tendue et saturée vers les aigus. Un blues moderne à fleur de peau, qui rappelle parfois certaines atmosphères électriques de Chokebore, marqué encore par la reprise du classique folk Old black Joe ou par le dépouillé et très court Numbers.

Avec ce premier album, Troy von Balthazar parvient à canaliser l’énergie déployée sur scène, à la mettre au service de compositions variées qui s’enchaînent pourtant sans anicroche. A la fois tristes et drôles, naïves et mélancoliques, ses chansons dessinent une pop fragile, constamment sur le fil entre économie de moyens et tentations ludiques. Nourries par plusieurs décennies de songwriting américain, ces comptines pop dépouillées tendent vers l’innocence insidieuse de l’enfance, où les rires ont la même couleur que les larmes. Miraculeux.

Chroniqué par Christophe
le 11/11/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters