Accueil | dMute

Gianni Gebbia

: Zen Widow



sortie : 2003
label : Evander Music
style : Musiques improvisées

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Doha
02/ Truncated Sky, String of Beads
03/ And I Want You To Know
04/ I’d Go Back if I Could
05/ Impermanence
06/ What We Just Couldn’t See
07/ Over Me – Over You
08/ Folk Song
09/ Ancora una Volta un Viaggio con Virgilio
10/ It Was Meant to

Adepte du jeu improvisé - qu’il a aussi bien investi aux côtés de Peter Kowald que de Lee Ranaldo -, le saxophoniste italien Gianni Gebbia enregistra en avril 2003 un disque particulier. Aux côtés de Matthew Goodheart (pianiste à l’intérêt partagé entre jazz et musique contemporaine) et de Garth Powell (sorte de savant fou dédié aux percussions) a été construit Zen Widow, patchwork fait de 17 propositions déroutantes.

L’improvisation en trio y est envisagée de différentes manières : privilégiant d’abord la brièveté du discours, avant d’interroger l’intérêt possible de la durée allouée à l’intuition. Sans concessions, les fulgurances prônent le minimalisme brut : claques distribuées par Powell (And I Want You To Know) contre jusqu’auboutisme des virulences offertes par Gebbia (Doha). Plus loin sur le disque, les pièces courtes accepteront l’entendement d’un swing goguenard (It Was Meant To Inspire And Languish) avant de perdre la raison, quand les clusters de Goodheart répondront aux instruments de plastique du percussionniste (In the Old Familiar Places).

Aptes à régler leurs interventions selon le diapason d’une improvisation déjantée et agréable, il arrive parfois aux musiciens de se perdre un peu : sur quelque haut plateau exotique abusant de l’usage des gongs (Folk Song) ou lorsqu’un désir de légitimité sérieuse les assaille, notamment sur le glacial et réverbéré Zen Widow. Mais le tourment feint du morceau donnant son titre à l’entier album ne doit cependant pas effacer les pièces de choix que l’on trouve partout ailleurs.

Dépassant la minute pour obtenir 5 à 8 fois plus d’espace, les improvisations que sont Ancora una Volta un Viaggio con Virgilio (l’embarcation de Dante poussée par les vents contraires et les entrelaces du piano et du saxophone), Mistaken Poetry (où une approche classique du domaine règle son compte à l’harmonie avec le concours des perturbations rauques déposées par Gebbia), ou What We Just Couldn’t See (sur lequel Goodheart gaspille ses gestes – devant, derrière, ou sous le piano -tout en économisant ses sons) font irrémédiablement pencher la balance. Déstabilisée, étrangère à la règle, celle-ci croule sous le poids de Zen Widow, amas compact de chocs frondeurs et d’impacts dus au hasard.


Chroniqué par Grisli
le 07/11/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 23/02 - Chronique
Nursery - Eugenia
ven. 21/02 - Chronique
King Krule - Man Alive!
sam. 15/02 - Blog
American Football - S/T (1999)
sam. 01/02 - Blog
Moons - Thinking Out Loud
ven. 31/01 - Blog
#24 : Quentin Sirjacq
mer. 29/01 - Chronique
A Girl Called Eddy - Been Around
jeu. 23/01 - Chronique
OOIOO - Nijimusi
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters