Accueil | dMute

Dont look back

: Brighter



sortie : 2005
label : Noise Digger
style : Post-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ six feet under the ground
02/ remove all trace
03/ joyrider
04/ nothing just happens
05/ farewell to the bright side
06/ all day long
07/ dark mobson
08/ 1887/d-i-y-a
09/ kids got shadows in their eyes
10/ ask the dust

Brighter est le deuxième opus d’un jeune groupe valençois qui n’avait pas manqué de nous séduire, sur disque et sur scène, avec son premier album, Drunk in your arms.
Dès l’ouverture, surprise : le chant fait son apparition dans le rock instrumental de Dont look back, jusqu’ici exclusivement narrativisé par des samples. Ce premier titre n’est pourtant pas la façon la plus percutante de nous faire entrer dans ce disque : la noirceur textuelle y frôle parfois le cliché (Embrace the time that kills you/ Embrace the town that slowly beats you down/Embrace the ones that only watch you bleed..), le chant est limité. A côté de Remove all trace, qui lui succède, ce premier titre ferait cependant presque figure de ba(l)lade de santé pop. Nulle place ici pour un chant tourmenté, mais à l’ouverture de ce morceau de bravoure, la pulsation d’un beat inquiétant, bientôt relayé par un riff lancinant de guitare qui reviendra, batterie à l’appui, comme leitmotiv : phases de fausse accalmie ouvrant le champ à des décharges sonores modulées jusqu’au paroxysme, expulsées par des murs de guitares agoniques et une batterie impériale.
La capacité prodigieuse de Dont look back,déjà repérée sur le précédent disque, à insinuer dans nos esprits ses fausses eaux dormantes et vraies fièvres électriques, ne se dément pas ici, comme en attestent l’ébouriffant Joyrider ou les imprécations puissantes de Nothing just happens.
Farewell to the bright side nous fait sentir sans détour le goût de dlb pour le metal, tandis qu'un versant plus expérimental s’exprime sur ce morceau à travers ce discours froid d’une voix féminine, qui décline ses phrases étranges sans s’émouvoir des déluges sonores qui se déversent autour. Morceau auquel fera écho Dark Mobson (version anglaise avec chant masculin-féminin cette fois), tout aussi absorbant.
L’intensité électrique ne retombera pas jusqu’à la fin de cet album, qui adoucit par endroit ses décharges soniques par de judicieux inserts électroniques. Ceux-ci contribuent à cette couleur d’unheimlichkeit envoûtante que l’on savourera jusque dans l’extrémité finale du disque, qui s’achève sur un beat qui n’aurait pas juré sur Mezzanine de Massive Attack.

Brighter est comme la mise en scène d’une psychomachie instrumentale, qui figure dans ses temps de respirations haletantes et ses regains de luttes , le salutaire exorcisme que la musique dite post-rock la plus expressive, sans jamais tomber dans une théâtralité outrancière, peut nous offrir.


Chroniqué par Imogen
le 23/10/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Drunk in your arms
(2003)
Supersonik Sound
Post-rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters