Accueil | dMute

Annie

: DJ Kicks



sortie : 2005
label : !K7
style : Mix

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Toy - Rabbit pushing Mover
02/ La Blonda - I Wanna Be Your Lover
03/ Alan Vega - Jukebox Babe
04/ Le Tigre - Nanny Nanny Boo Boo (Junior Senior Mix)
05/ Zongamin - Bongo Song
06/ Liquid Liquid - Flextone (DJ Twitch Optimo Edit)
07/ Annie - Edit

Popularisée depuis quelques années déjà, la série des DJ Kicks a été – c’est sa vocation – une vitrine pour les groupes ou musiciens qui y apportaient leur contribution, qu’ils soient signés sur K7 (Terranova, par exemple) ou ailleurs (Kid Loco, Thievery Corporation, entre autres). Souvent aussi, ces sorties étaient associées au downtempo – la question est donc aujourd’hui de savoir si la série est tombée en désuétude avec le mouvement sus-cité ou si elle a su garder sa vigueur. Réponse rassurante, au moins partielle avec ce disque, a elle a su épouser l’esprit du temps.

En raison de la courte discographie d’Annie Lilia Berge-Strand, ce DJ Kicks fait moins office de vitrine ou de confessional pour crate-diggers que de long format marginal. Un mix, donc, objet difficile à juger car il ne fait bien souvent intervenir que les seuls goûts de son responsable et sa capacité à les mettre en valeur. Pour trouver oplus et plus subtil, effets de commentaires entre les morceaux, citations, références et dialogues, il faut des musiciens de très gros calibre, DJ Spooky par exemple, qui inventerait volontiers une théorie du mix.

Le mix d’Annie affiche des ambitions plus simples : faire danser. Elle y parvient et convainc par la sûreté de sa sélection et son habileté à utiliser les morceaux qui y interviennent. On retrouve ici dix-sept morceaux éclectiques, allant du hip hop au rock garage (Datarock), au besoin remixé (Death From Above 1979), en passant par l’électro japonaise (Zongamin) et quelques essais tout à fait contemporains de miami bass ou d’eurocrunk. Les pistes s’enchaînent sans prouesses techniques mais en ménageant des contrastes stimulants pour le corps et la tête, le Paris Hilton booty-funk de Mu se prologeant dans le rock hystérique de Datarock, ou le burlesque Ladybug précédant le plus titre plus booty Gimme Your Money, d’Annie elle-même.

Si la qualité d’un mix est équivalente à celle de la somme de ses morceaux, on tient là un bon mix, sans prouesse ni trait de génie, sans trouvaille renversante, mais qui atteint ses ambitions tout simplement et avec classe. Et si les pistes s’enchaînent selon un ordre stimulant, comme s’il créait une petite histoire de fête, alors les choses s’annoncent bien pour Annie.


Chroniqué par Mathias
le 22/10/2005

Tags : Annie | DJ Kicks | !K7 | Mix

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters