Accueil | dMute

Once We Were

: Winter kept us warm



sortie : 2004
label : A Tenderversion Recordings
style : Post-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Sleepless nights…
02/ …In silent traffic
03/ The heart asks pleasure first
04/ Em
05/ And then he said goodbye

Winter kept us warm est le disque qu’aurait dû signer Tortoise après Standards. Plus brut et moins policé que son référent, il n’en possède pas moins les vertus du groove rythmique et des lignes mélodiques faussement simples. C’est possible. Mais, ce n’est rendre hommage ou justice ni à l’un ni à l’autre. D’une part, parce que Standards est un album auquel il est difficile de succéder. D’autre part, parce que Once We Were mérite qu’une simple comparaison, aussi élogieuse soit-elle.

Imprégné de ce “post-rock” tendance Tortoise, le trio a son esthétique à laquelle la video de Em, réalisée par le guitariste du groupe : Ulf Christofferson, offre un accès direct. Noir & Blanc et images de mauvaise qualité de rigueur — négatif légèrement apparent — ombre du caméraman qui apparaît, fugitive, au détour d’un plan. Une plage, une blonde, des vagues. Elle construit un château de sable que la mer finit par détruire alors qu’elle s’en va. Entre kitsch et avant-garde. Pas même une anecdote, tout juste une histoire, pas un film de vacances, mais quelque chose qui s’en inspire pour montrer quelques instants de la vie. Quelque chose de simple en guise d’aboutissement de recherches. À l’image de la musique.

La musique de Once We Were est un oxymore conforme à ce paradoxe qui la nomme le temps d’un EP : “L’hiver nous a tenu chaud”. Il n’est cependant pas tant question de température, comme on l’imagine, que de dépouillement et d’ampleur. Les deux guitares et la batterie qui constituent le trio, enrichies parfois d’un xylophone léger ou d’un piano qui se contente de plaquer des accords et des notes de passage (Sleepless nights…In silent traffic et The heart asks pleasure first), minimales, sinon minimalistes, n’en dispensent pas moins une musique sui sait être vaste. Il n’y a rien, ou presque, c’est-à-dire pas d’effets pompiers, effets qui masquent souvent, et bien mal en général, un vide absolu. Rien d’assourdissant, simplement l’essentiel ; des guitares qui fonctionnent en contrepoint l’une de l’autre, ne se cherchant pas, mais œuvrant dans des registres différents (rythmique vs. soliste) tout en regardant dans la même direction (la constitution d’une même trame mélodique) (The heart asks pleasure first). La batterie jouit, comme en contrechamp de cette dualité de guitare, d’une certaine liberté dont elle joue avec retenue (Em).

Disque muet (à l’exception de quelques mots chantonnés à voix basse sur Em), Winter kept us warm s’achève sur le déploiement des traits de caractère de la musique de Once We Were. And then he said goodbye, manière d’au revoir “post-rock”, parle malgré son mutisme, faisant entendre clairement dans chacune de ses multiples phases une intention différente. C’est dans ces moments-là qu’une musique qui n’est pas essentiellement originale reste cependant intéressante : lorsqu’elle parle d’une voix claire et sans emphase, d’une voix qui sonne juste.


Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 21/10/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Contra
(2006)
A Tenderversion Recordings
Post-Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters