Accueil | dMute

Audioroom

: Seismograph



sortie : 2004
label : Arbouse Recordings
style : Ambiente industrielle

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ A Toy In The Head
2/ Organic Day
3/ Ripple Mark
4/ Platform
5/ Shishashadow
6/ Break In The Weather
7/ Moment
8/ Cosmogony
9/ L'Erosion Des Contours
10/ Vertical Ground
11/ Mineral Substance
12/ Strange Attractor
13/ Coincidence

Quelque part entre la musique d'une usine automatisée et l'ambient de Brian Eno, il y a Seismograph : un album sorti sans grand bruit fin 2004 et qui vaut pourtant largement le détour. Un disque machinique et rêveur à la fois, « humain » comme le dit très justement le site d'Arbouse recordings, sur lequel l'album est sorti.

Derrière Audioroom se cache en fait un seul musicien, Nicolas Bernaud, diplômé des beaux-arts d'Aix et versé dans l'art numérique. Comme son nom le suggère, Audioroom développe des espaces sonores, que l'on imagine aisément chorégraphiés ou mis en images. Seismograph déroule sous les yeux de l'auditeur un véritable paysage mental, une musique évocatrice, aux sonorités fortement réminicentes du label Warp.

Les instruments semblent s'y répondre plutôt que jouer ensemble, comme si la musique n'était pas leur vocation première, d'où l'impression d'espace qui se dégage du tout. On pense alors à certaines scènes du « Dancer in the Dark »de Lars Von Trier, quand le son des machines se fait musique, par la grâce de l'imagination. L'émotion peut naître à partir de n'importe quel son et Seismograph semble vouloir le démontrer.

Les rythmiques y sont répétitives et minimalistes. On reconnaît bien les sonorités familières de quelques instruments « réels », mais celles-ci restent en général très synthétiques : cordes métalliques, piano mécanique ou pizzicati de violon dézingué. Le tout dessine un univers machinique, dans lequel on n'entend qu' une voix, sur le cinquième titre, plutôt robotique.

Sur ce fond abrupt, des divagations plus feutrées viennent se greffer. Ces parties pleines de bleeps montent plus volontiers dans les aigus et leur sonorités sont aussi plus liquides. Leur grâce et leur délicatesse rappellent volontiers celle d'Ezekiel façon Handle with care. Comme ce disque, Seismograph développe ainsi une esthétique du contraste, mais tout en fluidité et en mélodies.

La tonalité s'y fait parfois sombre et profonde (L'érosion des contours), sans jamais virer au glauque . Des ritournelles sont là pour détendre l'atmosphère, simples comme des jeux d'enfants. Toy in the head, le premier morceau de l'album, en est une bonne illustration.

Quelle que soit leur humeur, les morceaux de Seismograph ont la particularité de se terminer abruptement. Comme si les machines s'étaient enrayées, que les batteries étaient à plat, ou que quelqu'un avait soudainement coupé le courant. On sort alors de la rêverie sans s'être ennuyé un seul instant, car cet ambient n'est jamais soporifique. Un disque idéal pour s'enfoncer dans un fauteuil et contempler son appartement d'un autre oeil.

Chroniqué par Pierre-Olivier Pin
le 15/10/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters