Accueil | dMute

Pete Lockett

: Network Of Sparks One



sortie : 2005
label : Melt 2000
style : Musique pour percussions

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Conundrum
02/ Travel Light
03/ Self Portrait
04/ Voices Apart
05/ Complex Transactions
06/ Groove Oddity
07/ Lumina
08/ Irreversible Blue
09/ Prism
10/ Full On II

Album intégralement consacré aux percussions, ce premier volet du Network of Sparks de Pete Lockett, quintet de percussionnistes à géométrie variable issus essentiellement du rock progressif et de la musique world, constitue un essai remarquable de réduire l’instrumentation et la musicalité à la seule pulsation en même temps que la preuve que cette opération de réduction, de resserrement, n’est pas nécessairement synonyme de minimalisme ou de dépouillement. Ici la percussion est reine, mais aidée de techniques de production contemporaines, sampling et boucles en tête. D’où une austérité baroque, foisonnement de sonorités au sein d’une seule famille d’instruments, découverte d’un champ de possibilités de plus en plus large à mesure que s’égrènent les morceaux et que s’accumulent les instruments – tablas, batteries, marimbas, carillons, gongs, tambours, j’en passe et des inconnus.

Cet album navigue ainsi entre pièces purement rythmiques et agencements plus mélodiques, comme l’emblématique Travel Light, qui rappelle Steve Reich ou Terry Riley. Mais là où les deux compositeurs occidentaux recherchaient surtout le surgissement de rythmes complexes et interstitiels en combinant de micro-motifs qui se déphasaient graduellement, Lockett privilégie une approche orientale et plus tribale, moins savante, moins écrite, qui fait la part belle à l’arythmie. Pas de déphasage régulier ici, mais une constante recherche du déplacement ou de l’effacement de la pulsation, qui alors n’est plus qu’évoquée, suggérée à la manière de ce que pouvait faire Elvin Jones dans le quartet de Coltrane. Et quand un groove apparaît, il est le plus souvent tenu en même temps que disloqué par l’apparition d’autres motifs qui viennent en perturber l’écoute, en modifier le battement. Les constructions rythmiques du quintet semblent toujours en train de s’écrouler, dans une constante recherche du risque, de la rupture, comme si le groove ne valait qu’à partir du moment où on le met en danger. Des concertos pour percussions, en somme : un soliste développe son thème tandis que d’autres entament le dialogue. Et puisque tout le champ musical traditionnellement dévolu aux instruments a été investi et reconfiguré par la percussion, la musique de Lockett tend vers quelque chose de purement physique, tactile, pulsatile : une musique qui serait comme la présence immédiate de l’instrument adressée au corps de l’auditeur et, derrière l’instrument, le battement d’un corps devenu musique.


Chroniqué par Mathias
le 14/10/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 25/09 - Blog
Tapeworms - Funtastic
mar. 15/09 - Chronique
The Microphones - Microphones in 2020
sam. 05/09 - Chronique
Stand High Patrol - Our Own Way
dim. 30/08 - Chronique
Nocturne - Hypnose Générale
mar. 11/08 - Chronique
Lyra Pramuk - Fountain
jeu. 06/08 - Chronique
Protomartyr - Ultimate Success Today
dim. 19/07 - Chronique
Bing & Ruth - Species
mar. 14/07 - Blog
Emocore : Itinéraire bis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters