Accueil | dMute

The Books

: Lost And Safe



sortie : 2005
label : Tomlab
style : Collage_Music

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ A Little Longing Goes Away
02/ Be Good To Them Always
03/ Vogt dig for Kloppervok
04/ Smells Like Content
05/ It never changes to stop
06/ An Animated Description of Mr Maps
07/ Venice
08/ None But Shining Hours
09/ If Not Now, Whenever
10/ A

Troisième effort long format de The Books, le duo de Nick Zammuto et Paul de Jong, ce Lost And Safe au titre engageant sera, on l’espère et malgré la discrétion de Tomlab, un idéal tremplin pour ce combo encore trop méconnu. En attendant le succès, une certitude : cet album permet à The Books d’effectuer son « grand bond en avant » personnel, sa mini-révolution culturelle, son infinitésimale rotation à 180 degrés, aussi microscopique en apparence que son esthétique est subtile et, une fois encore, infinitésimale.

Témoin le travail à l’origine de cet album : après avoir déménagé leur studio, les deux membres se sont attelés à acheter de vieilles bandes d’archives de l’Armée du Salut tout au long de la côte Est des Etats-Unis afin de collecter une archive personnelle aux proportions, selon le mot du label, proprement absurde. C'est-à-dire démesurée, gigantesque. Travail de fourmi donc, mais gros, pourtant, de promesses formelles, théoriques ou simplement musicales, et qui parvient à fonder une sorte d’esthétique-monde à partir de fragments de rien et d’une attention infinie à de petits événements sonores et concrets insignifiants, découverts et assemblés aléatoirement – là est la poésie de l’idée – et qui trouvent, là encore fortuitement, une beauté véritable dans la manière de s’insérer ou plutôt de se glisser à l’intérieur de la trame instrumentale électro-acoustique conçue par nos deux amis.

Et voilà donc cet album qui débarque, une fois fini, comme un petit miracle, tendu à la fois vers une simplicité pop extrême et vers une élaboration théorique et intellectuelle forte, petit miracle d’équilibre entre minimalisme apparent de la musique et maximalisme de l’ambition, entre une démarche forte et une beauté qui vient honorer et sanctionner d’un résultat tangible, immédiatement sensible, la justesse de cette démarche. C’est que la musique de The Books n’a jamais combiné avec autant de brio la sobriété de l’écriture et la complexité des champs couverts par la production : l’expérimentation électro-acoustique et notamment le collage sonore concret, avec ses ruptures, ses fulgurances et ses surprises, la chanson, et, nouveauté ici, le texte, avec sa multiplicité de régimes et d’interactions avec la musique elle-même, chacune des voix exhumées des archives collectées venant ajouter son fragment de poésie non-musicale, un espace, une image, une évocation mentale, un commentaire à peine explicite concernant l’agencement d’un morceau ou simplement, un timbre, une musicalité différente et qui fait irruption avec une modestie mal assurée mais réellement singulière au sein d’un instrumentarium à cordes inhabituel (guitares, violoncelles, mandoline et banjo) et mouvant. Une réussite aussi discrète que nécessaire.


Chroniqué par Mathias
le 11/10/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Lemon of Pink
(2003)
Tomlab
Indie / Electronica



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters