Accueil | dMute

Burd Early

: Falling Feather EP



sortie : 2005
label : Acuarela
style : Folk mélancolique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Baby be
02/ Night on the flower
03/ Streets from the sea
04/ Self dispersal
05/ Two hands

Dès sa couverture hybride, Falling Feather dévoile les ambiances – les climats plutôt – dans lesquelles évolue la musique de Burd Early. En haut, une texture épaisse de peinture figure les nuages, présentant un dégradé des diverses tonalités du bleu. En dessous, naïvement dessiné au crayon noir, un petit bonhomme accroché à un immense parapluie remplace le « l » du patronyme du musicien. Entre deux, quelques bulles et taches qui auraient coulé de ces nuages étalés symbolisent l’orage qui menace. L’averse couve, pesant sur l’atmosphère, mais devrait miraculeusement accoucher de plumes, si l’on en croit le titre du disque.

La pluie règne pourtant en maîtresse discrète sur les 5 titres qui composent Falling Feather. Elle naît de la batterie de Jim White – membre du trio australien Dirty Three – venu prêter main forte à Burd Early. Tout en subtilité, il traverse l’arrière-boutique de ces chansons de saison, distribuant quelques coups brefs et arythmiques au hasard de la caisse claire et du métal qui la cercle. Le décor est planté, idéal pour que prenne corps et se dilue le songwriting d’Early. C’est une mélancolie en dégradé qui domine ici, sans jamais céder pourtant aux facilités de la noirceur trop prononcée ou de la plainte lancinante. Non, les chansons de Burd Early se délitent entre calme et douceur, quand la voix du monsieur évoque un Andrew Bird un peu plus rauque, la gravité plus apparente. De l’orgue Hammond atmosphérique de Baby be au violon vibrant de Self disperseal, en passant par une pedal steel countrysante sur Two hands ou une boucle de guitare propre à hypnotiser sur Night on the flower, la musique de Burd Early se promène entre country, blues et folk, héritière d’une tristesse contemplative, jamais désespérée. Quelque part à l'intérieur des territoires explorés par Songs :Ohia, pour qui il ouvrait lors de la tournée 2003. Lentes et habitées, ces compositions parviennent à faire naître l’émotion sans tirer sur la corde, proposant une palette subtil d’un état d’âme automnal, habité, voire hanté quand la voix se mue en une brume légère(Self disperseal).

Avec ce nouvel EP, Acuarela se profile comme l’un des labels actuels les plus excitants, naviguant dans les diverses contrées du rock et de la pop. Quant à Burd Early, cette courte livraison (à peine 20 minutes au compteur) suffit à esquisser les contours d’un songwriting racé, idéal pour l’automne qui débute. Cinq titres pluvieux, légers pourtant, réalisant parfaitement la démonstration de ces chutes de plumes annoncées. Un disque pour les matins gris à venir, touchant de justesse et de retenue.

Chroniqué par Christophe
le 08/10/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters