Accueil | dMute

King Creosote

: Rocket D.I.Y.



sortie : 2005
label : Domino
style : electro-folk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Twin tub twin
02/ Saffy nool
03/ Klutz
04/ Crow's feet
05/ Spooned out on tick
06/ Ph 6.5
07/ Circle my demise
08/ King bubbles in sand
09/ The things, things, things
10/ A month of firsts
11/ Thrills & spills
12/ The someone else


Dans la discographie généreuse de King Creosote, de nombreux cd-r labellisés Fence records, dispensés avec régularité, et parfois, heureuse surprise, un album diffusé à plus large échelle par l’excellent label indé Domino. Ces sorties moins confidentielles sont comme autant de points d’ancrages discographiques, et l’on pourrait à bon droit les considérer comme le résumé essentiel et suffisant de la musique de King Creosote,(le premier album paru chez Domino en 2003 était d’ailleurs une compilation de plusieurs titres éparpillés sur cd r), et la preuve synthétique de ce pourquoi on l’aime.

Rocket D.I.Y., nouvel album licencié Domino donc, est l’occasion de raccrocher tranquillement les wagons, sans peine : les choses sont restées (presque) à l’endroit où King Creosote les avaient laissées sur Kenny and beth’s musakal boat rides, soit ce folk assurément plus new que retro, aux enluminures électro jamais digressives (pas d’expérimentations en roue libre), mais servant au contraire une approche pop, pour des chansons aux mélodies solides. Les trouvailles électroniques, loin d’atténuer l’immédiateté mélodique des morceaux ou d’en compliquer inutilement la touchante simplicité, leur confèrent un supplément d’âme, par une sorte de folie douce qui s’insinue au détour d’un sample inattendu, d’une loop catchy d’un blip improbable.
La fantaisie n’a pas remisé l’émotion au placard , celle-ci saisit souvent l’auditeur, ainsi au détour d’un morceau (le dernier) acoustique, où banjo et accordéon, guitare et chant mélancolique tissent une fin d’album pleine d’un doux recueillement, ou juste avant, sur une ballade menée au piano.
Et puisqu’on est dans un passage en revue à rebours, on peut tout autant saluer l’irrésistible A month of firsts, un de ces morceaux renversants dont Kenny Anderson a le secret, qui fonctionne sur l’alchimie de ces éléments électroniques à la lisière de l’hétérogène, qui se greffent pourtant toujours à bon escient et sans surcharge sur un folk au spleen ainsi vitaminé, allégé.

King Creosote a trouvé sa formule, un croisement particulièrement plaisant entre une écriture folk/pop touchante et des bricolages électroniques facétieux. Pas une recette miracle, mais suffisamment de caractère et de singularité pour rallier, on l’espère, un public un peu plus nombreux.



Chroniqué par Imogen
le 22/09/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Kenny and Beth's Musakal Boat Rides
(2003)
Domino
Nu folk



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters