Accueil | dMute

Boy Robot

: Rotten Cocktails



sortie : 2005
label : City Centre Offices
style : Minimal Techno

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Magic Toys for Girls and Boys
02/ Invaders of Vanity Clubland
03/ We Accept All our Parents Credit Cards
04/ Sweet Honeybee of Infinity
05/ Bass & Booze
06/ Live in Vanilla
07/ Super Scorer
08/ Asthmatic Detroit Car
09/ Bonjour Frisuer

Avec ce Rotten Cocktails de Boy Robot, City Centre Offices livre un album qui s'écarte assez de la ligne directrice courante du label, davantage portée vers les paysages digitaux à la limite de l'ambient, et cet écart bienvenu sera gage, très certainement, d'un élargissement de l'audience du label parmi les amateurs de musique électronique, au risque d'y perdre un peu de sa personnalité. Ici donc, passées les premières mesures d'un clavecin électro-mutant, déboulent quelques rythmiques fragmentées et syncopées, beats technoïdes jusqu'ici chasse gardée de Bpitch Control. En témoigne Invaders of Vanity Clubland, dont le titre ironique ne prête pas moins allégeance à un esprit club minimal, avec ses rythmiques binaires, ses textures abrasives et répétitives, ses sons pitchés.

Disons le tout de suite, il n'y aura pas de surprise majeure sur cet album, sûrement trop influencé par l'esprit du label berlinois sus-cité, jusque dans ses exercices les plus minimaux comme Bass & Booze, réduit à sa basse, sa boîte à rythme et quelques notes de synthèse semées ça et là. Le sentiment désagréable d'avoir affaire à des petits frères de... gêne encore trop l'écoute pour s'abandonner complètement aux charmes tout de même présents de ce pas-mauvais-disque-mais-pas-encore-tout-à-fait-bon de techno minimale. Petits frères de Modeselektor sur un titre comme Sweet Honeybee of Infinity, rejeton du techno-funk de Sascha Funke sur We Accept All Our Parents Credit Cards, les références, certes assimilées, encombrent encore trop, sont trop présentes, et font obstacle à un rapport direct et singulier qu'on désire pourtant entretenir avec ce disque. D'où un sentiment ambigu, l'envie de se laisser séduire par ces beats chaloupés et syncopés mélée d'une impression de déjà entendu, d'être en terrain bien connu, petite déception de ne pas éprouver de réelle surprise.

Cette absence de surprise ne fait pourtant pas obstacle à une certaine efficacité, dans la construction du tout comme dans la brièveté relative de celui-ci et de chacune de ses parties, et la manière dont elles dialoguent les unes avec les autres : après une première moitié ouvertement dansante, l'album ménage un interlude réflexif avec Bass & Booze avant de distiller la mélancolie de Live in Vanilla, pour reprendre ensuite sur une note plus funky, plus soul, plus techno from Detroit meets Berlin avec Super Scorer, intégralement répétitif, morceau purement dansant. Et pourtant, au bout de ce parcours, la diversité ne parvient pas réellement à éclore, l'envie de danser s'amenuise. Pas mauvais, mais il se pourrait bien qu'il y ait quelque chose de pourri dans ce cocktail...

Chroniqué par Mathias
le 16/09/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters