Accueil | dMute

Portal

: Waves & Echoes



sortie : 2005
label : Make Mine Music
style : Post-electronic-Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ 1862
02/ Trace
03/ Quartet
04/ Waves & Echoes
05/ Endgame
06/ Veil
07/ Consumed
08/ Resolution
09/ Sometimes
10/ Bloodline
11/ Light At The Centre
12/ Music for Broadcast 2

Album des larges espaces indéfinis, Waves & Echoes est le troisième long format de Portal et honore son titre brillamment. A l'instar de Hood, la musique de Portal est pop parce qu'expérimentale : la séduction immédiate passe par des formats connus augmentés, déconstruits, concassés, étendus par l'irruption de machines, de sound processes (Veil). Chansons pop enterrées sous des traitements qui leur adjoignent une dimension supplémentaire, qui les arrachent à la pop et font d'elles, en quelque sorte, des souvenirs de chansons pop. Ainsi de Consumed, exemplaire, où des Traces de vocaux laminés à l'ordinateur parviennent parfois à s'échapper de l'épais glacis sonore fracturé et chatoyant.

Cette base pop, plus (Trace, Resolution) ou moins (Endgame) identifiable, n'interdit pas pour autant quelques exercices de pure expérimentation, comme Quartet, intégralement construit à partir de boucles de guitares filtrées et assemblées dans un dialogue à quatre voix instrumentales. L'album se partage ainsi entre morceaux chantés et titres fantomes et désertiques instrumentaux, entre le calme d'une isntrumentation dépouillée (le piano pour Resolution) et des rythmiques plus purement électroniques (Trace, Sometimes, avec ses belles guitares saturées). Waves & Echoes convoque ainsi les spectres encore vivants de Fennesz, Oval, ou encore des Cocteau Twinsl.

Rien de révolutionnaire pourtant dans cette musique qui fait le grand écart entre la beauté feutrée et vénéneuse d'une certaine pop et l'expérimentation numérique du traitement sonore (Quartet), du cut up (Consumed) et du montage sur ordinateur. La force de Portal est surtout de réussir cet exercice avec une belle maîtrise et un sens de la mélodie et de la construction qui convainc sans peine. A ce parcours entre deux extrèmes se joint un troisième pôle, dans la teneur ouvertement politique des paroles, chargeant contre la guerre et la mondialisation. Quelle surprise de voir cette musique pluvieuse et rurale, investie par un imaginaire urbain et sale, soudain s'élargir au monde entier ! Il y a là quelque chose d'étrange et de frappant,un décalage inattendu et certainement bienvenu, tant cette musique est intimiste et semble ne pas pouvoir, soniquement parlant, lancer de telles banderilles politico-mondiales. Souhaitons que cette ouverture à l'autre, au monde, permette à Portal de dépasser cet intimisme qui demande toujours un certain effort de la part de l'auditeur, et d'offrir une musique plus puissante, avec davantage de souffle et de force. Mais quand Portal se lance dans Music for Broadcast 2, pure expérimentation d'une quinzaine de minutes adjointe à l'album, écrite pour une installation d'art contemporain, on se dit que cette ouverture dont on rêve pourrait venir bientôt mettre fin à cette pourtant déjà fort séduisante claustration.

Chroniqué par Mathias
le 14/09/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters