Accueil | dMute

V/A Plush

: Snap Shot



sortie : 2005
label : Plush
style : Kaleidoscopic Prospection

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Jazz Guy – Ashley Slater / Guy Berker
2/ Happy Clappy – Tago Mago
3/ Happy Pants – Dr Bone
4/ Chalon – Ambitronix
5/ Deqjam pt II – Req, Ashley Slater & Steve Argüelles
6/ Buenos aires (plush mix) – Ambitronix
7/ Line 3 – Benoît Delbecq
8/ Men

Snap Shot, ou comment regarder à la fois en arrière (une compilation datant de 2003 et rééditée ces jours-ci) et en avant (ambition programmatique et prospective), à l'aide d'un kaléidoscope en quatorze titres, photo-montage où se révèlent, dans la juxtaposition, le passé immédiat et le présent d'un jeune label aux avant-postes du jazz électronique, possible futur du genre en question. Exit ici les ambiances jazzy ou lounge d'ordinaire associées à cette musique, place à un jazz free, exigeant, sans compromission, mais toujours séducteur.

Le prologue, Jazz Guy, brouille les pistes avec son swing type Duke Ellington rencontre Thelonious Monk rencontre les machines, avant d'ouvrir le feu avec Happy Clappy de Tago Mago, superposition de boucles rythmiques et pianistiques loopy-loop, qui doivent à Steve Reich autant qu'à Can. Suivent d'autres bonnes surprises, comme le Chalon d'Ambitronix présent sur We Da Man !, où les rythmiques respiratoires induisent un temps hypnotique dans lequel il fait bon se perdre, ou Buenos Aires du même duo, qui prolonge les cartographies de We Da Man !, en samplant Piazzolla et John Surman, où comment joindre l'histoire à la géographie, le temps et l'espace, et faire se rencontrer la chaleur du Brésil et les climats pluvieux de l'Irlande de Surman.

A mi-parcours, Line 3 apparaît comme le premier manifeste de ce disque-programme, et fait la part belle à une improvisation relayée par l'informatique, où les accords de piano préparé se réfléchissent, s'assemblent, s'emboîtent, où Delbecq convoque Cage, Feldman et Boulez dans une spirituelle fuge électronique.

En dépit de quelques faiblesses un peu convenues (Happy Pants, house jazzy signée Dr Bone, qu'on aurait aimée plus aventureuse, ou Take A B), la qualité de cette compilation se maintient donc à haute altitude : les séductions cinématographiques (Menico) voisinent avec les labyrinthes pianopréparesques découpés à l'ordinateur (Grocingen), les essais ambient, vocaux ou non (Voci / Silenzio, Our Dream, Core) et les manifestes purement électroniques (Time is Rhythm).

Vous l'aurez compris, difficile d'évoquer cette compilation sans examiner chacune de ses articulations. Du tout se dégage pourtant un même esprit d'aventure, fort et précieux, et le portrait encore ouvert d'un label dont on peut désormais attendre le meilleur.


Chroniqué par Mathias
le 11/09/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters