Accueil | dMute

Neutral Milk Hotel

: In The Aeroplane Over The Sea



sortie : 2005
label : Domino
style : Indie-Pop psychédélique / Folk Fuzz

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The king of carrot flowers Pt.one
02/ The king of carrot flowers Pts. two & three
03/ In the aeroplane over the sea
04/ Two-headed boy
05/ The fool
06/ Holland. 1945
07/ Communist daughter
08/ Oh comely
09/ Ghost
10/
11/ Two-headed boy Pt.tw

C’est avec une certaine circonspection de néophyte que l’on aborde l’album de Neutral Milk Hotel, In the Aeroplane over the Sea : avec Ben Reed Parry (Arcade Fire), Bob Hardy (Franz Ferdinand) , et Dan Snaith (Caribou) comme inconditionnels et caution de goût pour communiqué de presse, cet album fait d’abord les frais de la méfiance qui anime tout chroniqueur saturé de name-dropping promotionnel souvent inopportun. Mais passée la prudence légitime, lorsque l’on apprend, en outre, que Jeff Mangum, qui est derrière ce projet, a été l’un des piliers fondateurs de Elephant 6, label qui abrite notamment la pop psychédélique très recommandable de The Olivia Tremor Control ainsi que les projets Apples in Stereo, Of Montreal, les réticences tombent, et l’écoute a tôt fait de chasser le scepticisme initial : l’on comprend pourquoi Domino a souhaité rééditer cet album paru en 1996, et devenu pour beaucoup, et non des moindres comme on l’a vu, culte.

Mais entrons dans le vif du sujet, et cela semble d’abord aisé, tant les premières notes de In the Aeroplane over the Sea s’offrent d’emblée, sincères, à travers le chant de Jeff Mangum: sur de francs accords folk à la guitare acoustique, l’homme découvre sa voix. Mais c’est véritablement sur le second titre, The King of Carrott flowers Pts Two & Three, que celle-ci dévoile à l’auditeur toute sa faconde émotive et étrange, sans grand souci de justesse : Mangum module à tue-tête un « Jesus Christ I love you, Yes I do » définitif, sur une nappe non identifiée (orgue? accordéon?) réhaussée de guitare électrique répétitive, avant que des trompettes approximatives s’en mêlent, le morceau se transformant progressivement en gros cirque rock, guitare fuzz endiablée et batterie furieuse à l’appui. Bon. Ce ne sera pas simple.

Il sera en effet question sur ce disque de surprises (heureuses), mais d’irritations aussi, au début, causées par l’impression tenace que cet album demeure hostile à toute saisie synthétique, à toute possibilité pour le public de se dire, à un moment ou un autre, avec satisfaction : je crois savoir ce que Jeff Mangum a voulu faire, et me dire. Les paroles cryptiques de In the Aeroplane over the Sea semblent d’ailleurs le manifeste de ce mystère reclus en soi, tant elles échappent au sens pour l’auditeur, évocations d’un monde de violence onirique et intime, de fantasmagories personnelles inaccessibles. Pourtant, au fil des écoutes, cette résistance devient précieuse, et l’on accepte de se laisser porter par cette langue inconnue, attentif avant tout aux inflexions douloureuses de cette voix libre, au-delà de toute convention, si expressive et parfaitement à son aise dans cet univers loufoque où les instruments les plus improbables servent une irréalité douloureuse, bouleversante.
La scie musicale de In the aeroplane over the sea, comme le souffle glacé d’un fantôme, l’émo-fiction acoustique de Two-Headed Boy, traversée du chant non retenu de Jeff Mangum, ravissent. The Fool, qui lui succède, possédant la pesanteur solennelle d’une marche funèbre, nous saisit. Oh Comely, magnifique ballade acoustique guitare-voix ornée dans les derniers instants de cuivres qui viennent souligner le chant écorché de Mangum, est à citer également, comme l’un des moments clefs de cet album qui tisse sa bizzarerie aventureuse avec une sincérité précieuse.

Le "folk fuzz" (dixit Jeff Mangum) hors normes de Neutral Milk Hotel, suscite réactions épidermiques d’amour profond ou de rejet, mais s’accommode difficilement d’un tiède juste-milieu. Le tour de force musical que constitue ce disque des années 90 est de toute façon à découvrir ou redécouvrir. Quitte ensuite à choisir son camp.


Chroniqué par Imogen
le 03/09/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters