Accueil | dMute

Groupgris

: Top Shoks, Souvenirs



sortie : 2004
label : Wwilko
style : Electronica / 8-bit / Booty

achat/téléchargement

Tracklist :
01/welcome IV
02/drugs'n'roses
03/powerlock8inch
04/ds DEM
05/virgo
06/proto delices
07/autonational
08/bastards in bx
09/chatiment
10/i speak to myself (again) 11/digi piloti

En introduction de Top Shoks, Souvenirs les bruitages de machines à sous s'affolent, comme si Groupgris commençait par toucher le jackpot avant de révéler sa musique. Et pour cause : si ce Welcome IV poursuit dans un a-dada-sur-mon-Atari plutôt léger, gentiment frénétique et guilleret, Orion Bouvier (également label manager de Wwilko) peut prétendre à une reconnaissance au-delà du seul microcosme des (petits et grands) aficionados de micromusic, 8-bit tracks et autres chiptunes. Avec un album comme ça, il est nerd et pimp (pardon, pumpin') à la fois. En musique du moins, et cela donne par exemple l'ingénieux Drugs'n roses, télescopant booty beat et gimmicks cartoons avec un sens de la comédie aliénant : des lasers taquinent d'énormes synthés-basses rave dans une démonstration de comment-pilonner-sevère-tout-en-restant-sexy-et-fun pleine de panache.

Avec cette méthode fédératrice, Orion peut se permettre de ramener ses copains du West Lointain sur Powerlock 8inch pour une leçon de digital folklore qui déjante, bugue, groove... Et ouvre la voie, immédiatement après un couplet d'Eminem, à un young & fast MC ragga aspiré par la turbine infernale de ce faux groupe vraiment grisant. Cavale de cut-ups sur cadences binaires, rebonds contre des basses analogiques et mode machine à laver qui tilte et s'emballe sont programmés sur ds DEM. Quand Gangpol und mit babille des comptines qui touchent à l'inconscient collectif, Groupgris utilise le même délire jingle-istique de façon plus extrême. Sa marque volontiers glitchy (le découpage rappé de Proto Delices), rude et dancefloor n'en reste pas moins terriblement directe et fédératrice, avec pour nouvelle preuve le beat tapageur d'Autonational ou le titre Bastards in the bx, qui profite d'un nouveau tempo cul-cul pour éreinter un instant les voix electroclash (genre qu'Orion dynamite aussi de l'intérieur avec son side project Kap Bambino).

La fin de l'album est moins bruitale, mais s'éparpille tout aussi savamment dans des effets hétéroclites, jamais plugins gadgets, mais vrais jouets à sensations, à l'image de ce Digi Piloti et sa mélodie jolie, ou des dérayages et crissements infantiles sur Châtiment. Somme gonflée de synthèse solide et de samples sordides, de muscle et de ressentis contradictoires, Top Shoks, Souvenirs s'écoute cash, à bloc : en dépit de sa puissance, un tel flash numérique ne tolère pas d'auditeur à contre-jour.



Chroniqué par Guillaume
le 17/08/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters