Accueil | dMute

Tarentel

: Ghost Weight EP



sortie : 2005
label : Acuarela
style : Post-rock / Ambiant

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Natoma
02/ Ghost weight
03/ Holy throbs of silence
04/ Every possibility the next thing to a certainty

Troisième sortie cette année pour Tarentel, Ghost Weight s’inscrit tout à fait dans la nouvelle direction empruntée par ce groupe passionnant. Ainsi, il s’agit une nouvelle fois d’un EP, résultant vraisemblablement des sessions d’enregistrement de l’album We move through weather, qui présente quatre pistes – plutôt que morceaux – nées d’un découpage a posteriori à l’intérieur de ce que l’on imagine avoir été de longues et belles séances d’improvisation. Tarentel persistent et signent donc, dans ce qui apparaît comme leur nouveau mode d’expression (hérité entre autres de l’intégration de Jim Redd au groupe), à savoir une musique sans filet ni boussole, (se) jouant aussi bien de sa palette musicale (instruments, bien sûr, mais aussi manière d’en transformer les sons) que technologique (par les différents niveaux de qualité sonore que propose cet enregistrement).

Un peu moins de 30 minutes de musique sur ce Ghost Weight, qui se détache immédiatement des ambiances des dernières productions de Tarentel, par l’absence majeure de la batterie (à l’exception d’un retour remarqué dans la seconde partie de l’ultime piste). Une occasion de rappeler que l’apport de Jim Redd ne se limite pas simplement aux rythmiques répétitives de ses percussions, mais vient aussi (et surtout ?) de son usage à l’extrême des divers modes de ré-enregistrement et de transformation sonores (labtop, tabletop, cassette, etc.). Malgré cette différence notable, Ghost Weight répond au binôme Paper White / Big Black Square par son type de construction tout à fait similaire. Ainsi, ce EP se développe dans un art quasi-cinématographique de la réalisation, alliant montage et charcutage à l’extrême des rushs originaux. Les quatre pistes oscillent ainsi d’une durée de 42 secondes pour la plus courte à 12 minutes 32 pour la plus longue. De même, les séparations d’une piste à l’autre sont abruptes, comme dictées par la bande enregistreuse qui restreindrait l’espace, tranchant avec toute idée d’un polissage à l’extrême (qui qualifiait pourtant les premiers essais du groupe). Quant aux territoires explorés, ils se détachent quelque peu des derniers travaux du groupe, oscillant entre post-rock dépouillé à l’extrême (Ghost weight) et ambiant qui rêverait de silence (Holy throbs of silence). Un voyage déroutant, voire inquiétant (les derniers instants de Every possibility the next thing to a certainty, qui surgissent du silence par surprise), le long de la frontière légère et onirique qui sépare la musique du silence.

Au final, Ghost Weight se présente comme un EP qui, s’il impressionne moins que les deux précédents (qui rompaient complètement avec les précédentes livraisons du groupe), perpétue l’exploration ouverte par We move through weather, tout en offrant quelques réminiscences des premières années du groupe, une piste comme Ghost weight rappelant quelque peu la seconde partie d’Adonai (sur The Order of Things). C’est une pierre de plus dans l’édifice hybride que bâtit Tarentel aujourd’hui, greffant le remodelage en studio sur l’improvisation débridée (procédé auquel peut renvoyer la pochette, dans une forme métaphorique, présentant des fleurs émergeant d’un filet tendu à même le sol). Un disque supplémentaire pour rappeler que, quand le post-rock vire dangereusement à la formule, certains cherchent des nouvelles voies de création, creusant ainsi leur sillon original dans la production discographique du moment.

A noter encore que ce EP permet à Tarentel de renouer avec une ancienne habitude, celle de lier son destin à celui de divers labels. Ainsi, après une série d’enregistrements sortis sur leur «maison-mère» Temporary Residence, Ghost Weight voit le jour sur l’excellent label espagnol Acuarela (Migala, Manta Ray), succédant aux escapades passées chez Mort aux vaches, Ankward Silence ou encore Neurot Recordings.

Chroniqué par Christophe
le 15/08/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Big Black Square EP
(2005)
Temporary Residence
Post-rock expérimental
Paper White EP
(2005)
Temporary Residence
Post-rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters