Accueil | dMute

Andrew Bird

: Andrew Bird & The Mysterious Production of Eggs



sortie : 2005
label : Fargo
style : Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ -
02/ Sovay
03/ A Nervous Tic Motion of the Head to the Left
04/ Fake Palindromes
05/ Measuring Cups
06/ Banking on a Myth
07/ Masterfade
08/ Opposite Day
09/ Skin is, My
10/ The Naming of Things
11/ MX Missiles
12/ -
13/ Tables and Chairs

Non content d’avoir mis toute la critique d’accord l’année dernière avec un album, Weather Systems, unanimement applaudi, Andrew Bird remet ça un an après, avec ce Andrew Bird & The Mysterious Production of Eggs encore plus abouti. C’est dire.

Andew Bird & The Mysterious Production of Eggs :le nom de ce nouveau disque, paresse estivale aidant, est comme une incitation diabolique pour le chroniqueur à filer de nouveau la métaphore aviaire. On pourra ainsi s’extasier sur la grâce ailée d’une voix qu’on avait déjà comparée (et on réitère !) à celle de Rufus Wainwright. On oserait même se risquer à dire que décidément, notre oiseau nous offre à nouveau une belle couvée. Hum. C’est déjà trop non ? Reprenons.

Dans l’univers sonore à part d’Andrew Bird, la gravité n'est pas sombre mais multicolore et loufoque, déployant un arc-en-ciel musical dont le spectre s’élargit de subtils détails d’arrangements qui rendent les compositions à la fois complexes (les ruptures de tons sont fréquentes) et d’une évidence exquise.
Les violons, poumon vert de la musique d’Andrew Bird, sont formidablement orchestrés, représentatifs d’un songwriting jamais à court de bonnes idées : accent orientaux chargés d’électricité (Fake Palindromes), ou teintés d’une mélancolie à la saveur d’Europe de l’Est (Banking on a Myth, superbe morceau aux handclaps galvanisants, où violons et guitares téméraires dansent ensemble), nappes ou pizzicati de violons sur la pointe des pieds (Opposite day), les multiples richesses à cordes de ce disque forcent l’admiration.
Les rythmiques (drums, percussions, boucles, pour des caresses jazz légères ou des envolées orchestrales plus appuyées) nous entraînent dans cette farandole étourdissante, menée par un maître-enchanteur qui règne sur cette petite contrée mystérieusement éclose de sa verve tout en nuances, distillant à propos pom pom pom débonnaires et sifflotements graciles.
De Weathers Systems, précédent album encore frais dans notre esprit, on retrouve avec ravissement deux titres (Sovay, Skin Is, My) le second étant paré de nouveaux atours qui nous prouve la liberté d'une musique qui, loin d’être formellement figée, nous fait assister à ses mues successives.

Andrew Bird & The Mysterious Production Of Eggs est une réussite pop majeure de cette année 2005, un superbe album qui témoigne d’une grande finesse harmonique, d’un goût sûr pour les ambiances changeantes, et que l’on devrait logiquement retrouver, comme Weather Systems en 2004, dans les tops de fin d’année.

Chroniqué par Imogen
le 29/07/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Weather Systems
(2004)
Fargo
Pop / Folk



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters