Accueil | dMute

Dälek

: Absence



sortie : 2005
label : Ipecac
style : Noisy rap

achat/téléchargement

Tracklist :
01/Distorted Prose
02/Asylum
03/Culture for dollars
04/Absence
05/A beast Caged
06/Köner
07/In midst of struggle
08/Eyes to form shadows
09/Ever somber
10/Opiate the masses

Ne vous trompez pas à l'écoute des premières secondes d'Absence. : il ne s'agit pas de spoken words, c'est bien du rap, c'est bien Dälek (Dälek pour le rap, Oktopus à la prod', Still aux platines), celui entendu avec Techno Animal, Faust et Kid 606. Et la confirmation tombe assez vite sous la forme d'une instrumentation aux influences noisy rock, rêche et rude comme une pluie radioactive.

Le postulat : à monde malade, musique oppressante. Aussi attendez-vous à du bruit, sourd, lancinant comme une tumeur (le mur hurlant de Distorted Prose), à des saturations pour tout leitmotiv en ponctuation des rimes amères, à de la tension électrique comme ligne rouge, des plaintes et larsens en guise de gimmicks, à des textures toujours sous pression. Plus radicaux dans cette démarche sonore que leur compatriote Saul Williams qui prône aussi "l'indus-hop", Dälek broie les idées brutes à son rythme implacable, sans précipitation, postillons ni figures inutiles, avec un flow constant et sûr comme une fumée noire continue.

La production fait le choix de ne pas mettre en avant la voix sans pour autant rendre les phrases inintelligibles, et les lyrics fournissent ainsi une lourde contribution à l'atmosphère sale et sombre, sans être particulièrement originaux dans le registre revendicatif. Quelques thèmes reviennent de façon obsessive : la préservation d'un certain hip-hop (All I see are Minstrel MC's on these channels / Perceived battles only held to sell albums / Propagate stereotypes that bleed out us... ), le mensonge, et l'infériorité dans les faits (How the fuck am I gonna shake your hand, when we never been seen as equals?). Ils ont néanmoins le mérite de chercher, comme le son, la confrontation directe, à l'image de ce couplet de A beast caged : Political prisoners terrorized in confinement / Confirms what we learned of US police state / Asphyxiate the people they claim to liberate / While you debate Democrat Republican...

Absence est un bloc, compact, opaque, intense, qui passe par l'exercice noisy pour redonner son énergie politique au rap. On ne respire pas beaucoup par ici, les morceaux se suivent et se ressemblent. Entre éclairs métalliques et samples raclants comme des mauvaises lames de fond, l'expérience d'écoute retrouve du sens : comme Bomb Squad qui trouvait la formule sonique la plus frappante pour porter les dénonciations de Public Enemy (en 2005 le contexte a changé, mais leur musique peu), Dälek crée un concentré musical pour expier le milieu subi. Le rap doit interpeller et le groupe y parvient, en dépassant l'endroit où Def Jux s'étaient arretés (Culture for dollars, Eyes to form shadows). Avec le risque de l'impasse inhérente aux tentations extrêmes, Dälek produit une musique de malades pour un monde oppressant. Rien que pour cette tentative de redonner par la forme une valeur à ses avertissements, ce monolithe mérite l'écoute.

Chroniqué par Guillaume
le 17/07/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Top
Bilan 2016
Blog
Florilège musicopathe
#10: Au hasard Balthazar



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters