Accueil | dMute

Stuart Staples

: Lucky Dog Recordings 03-04



sortie : 2005
label : Lucky Dog
style : Pop Mélancolique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Somerset house
02/ Marseilles sunshine
03/ Say something now
04/ Friday night
05/ Shame on you
06/ Untitled
07/ Dark days
08/ People fall down
09/ She don't have to be good to me
10/ I've come a long way


Depuis 1993, chaque année impaire a vu la sortie d’un nouvel album des Tindersticks, comme un rituel attendu. Mais la tradition est rompue cette année. Le groupe s’accorde une pause méritée, après près de quinze années musicales. Les fans ne resteront pourtant pas les main vides. Profitant de ce temps d’arrêt, Stuart Staples, le chanteur à la voix pâteuse à souhait, vient de réaliser son premier essai en solitaire. Pour l’occasion, il s’est tout de même entouré de Ian Caple, producteur attitré du groupe, des ses fidèles complices David Boulter, Neil Fraser et Al Macaulay, du trompettiste Terry Edwards (déjà présents sur les premiers albums de Tindersticks), ainsi que de nouveaux acolytes, tels que les Français Yann Tiersen et Thomas Belhom. Ces diverses collaborations laissent déjà deviner la couleur de l’album, en quête une fois encore de la chanson pop rêvée.

Comme un contre-pied nécessaire, c’est un instrumental qui ouvre le disque. Somerset house se délite en douceur, au rythme d’une boucle de piano et de chœurs féminins, pour se refermer sur un air de saxophone kitsch, qui donne une teinte très easy-listening au morceau. La voix de Staples n’apparaît donc que sur le second titre, une superbe ballade dépouillée, Marseilles sunshine, piano et violon discret. Suivent Say something now et Friday night, les deux premiers titres extraits de l’album. Le premier est un air enlevé, guitare et batterie métronomique, constamment à la limite d’un dérapage entre cuivres et saturation, alors que le second est l’une de ces ballades aqueuses et hantées, dans lesquelles la voix de Staples fait merveille. Place ensuite au bluesy Shame on you qui, une fois n’est pas coutume, abandonne les bonnes manières pour un son brut et plus direct. Un nouvel instrumental lui succède, pour une petite ritournelle décalée et légère. Après cet intermède, l’album redémarre avec Dark days, chanson sur laquelle la voix de Stuart Staples semble s’évader de son carcan habituel. Sans tout à fait briser son phrasé si particulier, il module son organe de manière à créer un chant plus aéré, jusqu’à s’éteindre sans y paraître. People fall down renoue ensuite avec les ambiances Tindersticks, le rythme de la guitare acoustique rappelant le magnifique Desperate man sur Curtains. Le titre suivant, She don’t have to be good to me, est peut-être le meilleur de l’album, le plus travaillé du moins. Là encore, on repère le savoir-faire propre aux Tindersticks, à façonner l'écrin pop parfait. Enfin, l’album se clôt sur le beau I’ve come a long way, morceau idéal pour conclure, avec ses nappes d’harmonium et de cuivres.

Au final, cette escapade solo de Stuart Staples ne rompt pas vraiment avec les travaux des Tindersticks. Pas de révolution ici, juste une économie de moyens étrange, par rapport aux arrangements luxuriants du groupe. Et c’est peut-être ce qui séduit dans cet album. Cette impression d’avoir affaire à des chansons dépouillées, comme dénudées, auxquelles la voix magique de Stuart Staples insuffle le supplément de charme nécessaire. De plus, par l’orientation résolument kitsch de certains artifices (saxophone, chœurs et petites mélodies de piano), cet album dessine une carte postale d’une Angleterre fantasmée. Cette Angleterre grise de mélancolie, sous laquelle transparaissent portes colorées, vieilles maisons de briques ou cabines téléphoniques rouges. Comme le décor figé d’une boule à neige de l’enfance, ressortie du grenier, qui berce l’auditeur au rythme régulier de ses flocons.


Chroniqué par Christophe
le 14/07/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters