Accueil | dMute

Maxïmo Park

: A Certain Trigger



sortie : 2005
label : Warp
style : Angry-Young-Men Rock'n'Roll

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Signal & Sign
02/ Apply Some Pressure
03/ Graffiti
04/ Postcard Of A Painting
05/ Going Missing
06/ I Want You To Stay
07/ Limassol
08/ The Coast Is Always Changing
09/ The Night I Lost My Head
10/ Once A Glimpse
11/ All Over The Shop
12/ A

La sortie du premier album de Maxïmo Park, A Certain Trigger, est à la fois surprenante et attendue. Attendue parce que, sorties de singles au compte-goutte et buzz qui monte peu à peu aidant – Warp signe un groupe de rock ! – chacun attend de pied ferme A Certain Trigger. Qui plus est quand le groupe s'inscrit dans le créneau mainte fois (re-)visité désormais du rock post-punk, revival 80 inclus. L'album de Maxïmo Park sort donc auréolé d'une hype qui, une fois n'est pas coutume, n'est pas pour faciliter notre affaire. Surprenante sortie aussi parce que, justement, Warp signe un groupe à guitares, une première dans l'histoire du label. Il y a évidemment un monde entre le dernier Autechre et A Certain Trigger. Faut-il oublier le contexte rock de ces dernières années ainsi que l'histoire de Warp pour parler de A Certain Trigger ? Oui et non.

L'oublier pour rendre justice à l'efficacité hédoniste et l'énergie que dégage le quintet sur ce disque, promesse de lives endiablés et bruyants. Ne pas l'oublier pour rappeler que cet album apporte assez peu de surprises en terme de musicalité par rapport aux dernières années, et ne risque pas de dérider les esprits blasés. Avec A Certain Trigger, on est toujours en terrain connu : du rock, des guitares saturées, une basse vindicative, une batterie qui privilégie la grosse caisse, la caisse claire, les rythmiques carrées et binaires. Des références tournant autour de Wire, The Jam, The Smiths (référence plus déclarée qu'entendue), qui rappellent aussi parfois le REM première mouture, comme les arpèges de Graffiti, de Going Missing, de I Want You To Stay ou The Coast is always changing. Et aussi des synthés délibérément anachroniques, comme sur Limassol ou Signal & Sign, sans lesquels un disque post-punk ne serait jamais vraiment post-punk.

Restent à Maxïmo Park l'urgence ("All I need is a certain trigger", chante Paul Smith sur Once A Glimpse, avant d'entamer un refrain débridé, "I wrote my feelings down in a rush / I didn't even check the spelling" sur Postcard of a Painting), l'énergie de la jeunesse – un des thèmes récurrents de leurs chansons et qu'on entend dans une phrase comme "I am young and I am lost / You react to my riposte" (The Coast is always changing), énergie presque épique sur un titre comme I Want You To Stay, joliment soutenu par un crescendo de claviers – leur colère aussi, qui éclate sur Apply Some Pressure, Graffiti, Postcard of a Painting ou Limassol, la spiritualité de l'écriture et l'élégance de la musique. Parfois, ce sont des accents conquérants de toute beauté qui emplissent le texte, quand Paul Smith répète "What happens when you lose everything ? You just start again… You start all over again !" (Apply Some Pressure). Autant d'attributs qui confèrent à cet album une indéniable fraîcheur et le sauvent de son manque d'originalité. L'amertume des ladds de Maxïmo Park est assurément séduisante. A chaque auditeur de décider ensuite si elle lui suffit ou non.

Si chaque morceau a ses temps forts, l'album dans son intégralité est pourtant inégal, les titres phares que sont les deux singles – Apply Some Pressure et Graffiti – ainsi que l'excellent Once A Glimpse ayant tendance à éclipser certains titres plus faibles comme Kiss You Better ou All Over The Shop. Seule faute grave, l'immonde Acrobat, guimauve eighties synthétique qui vient lester l'album d'un poids pour le moins indigeste. Dommage, donc, que les derniers titres affaiblissent un tant soit peu un disque sans réel temps mort.

Avec Maxïmo Park, Warp délaisse le futur pour regarder et dessiner le présent : ce n'est déjà pas si mal, même si l'on attend forcément davantage de sang neuf et de prise de risque de la part du label de Steve Beckett.


Merci à Azote pour ses conseils

Chroniqué par Mathias
le 07/07/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
mar. 11/09 - Chronique
Animal Collective - Tangerine Reef
mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters