Accueil | dMute

Tarentel

: Paper White EP



sortie : 2005
label : Temporary Residence
style : Post-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Isalais Straight
02/ Open Letter to Hummingbirds
03/ Golden State Overnight
04/ Paper White


Production boulimique pour Tarentel ces derniers mois. Après un album sorti à l’automne 2004 (We move through weather) et alors qu’un nouvel EP sur le label Acuarela est annoncé (Ghost Weight), le groupe a publié simultanément ce printemps 2 EP, esquissant chacun une facette de leur univers – en noir et blanc, comme l’annonce leurs titres respectifs – mettant en évidence les diverses directions prises par leur musique. Ces deux opus contribuent aussi à définir tout à fait l’identité de ce groupe encore méconnu de la scène post-rock, malgré plusieurs années d’activité et une discographie convaincante, les imposant comme l’une des formations les plus stimulantes et intrigantes du genre.

Face blanche avec Paper White. Ce EP qui se compose de quatre morceaux semble fonctionner dans la directe continuité de We move through weather. La section rythmique y est omniprésente, martelant des boucles répétitives et élaborées. La texture des morceaux, quant à elle, passe de plages abstraites à des territoires plus instables et inquiétants, hérités de ce qui apparaît comme une nouvelle manière de composer, accordant une place plus grande aux hasards et à l’improvisation.
Le premier morceau, Isalais straight, démarre au rythme déchaîné des percussions. Puis celles-ci disparaissent, pour une seconde partie partagée entre piano et nappes sonores, dans une ambiance éthérée dont le groupe a le secret, pour se terminer de manière abrupte, comme un atterrissage forcé. Retour au pouvoir des guitares lancinantes avec Open letter to hummingbirds, relevées de quelques accords de piano et d’une batterie discrète, pour le morceau le plus proche des premiers travaux du groupe, rappelant certains titres d’Ephemera et de The order of things. Le titre suivant, Golden state overnight laisse à nouveau la place à une rythmique étouffante, dictant le ton aux guitares, pour donner naissance à une ambiance plus froide et sombre, qui n’est pas sans rappeler le premier album de Tortoise. Enfin, la dernière piste éponyme présente le dialogue étrange entre une formation acoustique – guitare, piano, violon et clarinette – et une batterie martiale, qui aboutit à une musique comme schizophrène, hésitant entre le cœur et les jambes.

Un peu moins de 25 minutes au final, durant lesquelles Tarentel aura présenté comme une démonstration de son savoir-faire et de ses aspirations, sans jamais tomber dans la formule ou l’artifice. La musique du groupe oscille constamment entre rock érudit et organique, proposant des compositions tout à fait émancipées des effets et artifices que s’évertuent à répéter certains groupes de la mouvance post-rock. Mais plus encore que de mettre en évidence ses qualités musicales, ce EP permet de dégager un peu mieux l’originalité de Tarentel : leur musique ne se repose ni sur la formule, ni sur l’imitation, mais cherche constamment à se confronter à de nouveaux défis, à coloniser de nouveaux espaces.


Chroniqué par Christophe
le 01/07/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Ghost Weight EP
(2005)
Acuarela
Post-rock / Ambiant
Big Black Square EP
(2005)
Temporary Residence
Post-rock expérimental



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters