Accueil | dMute

Shining

: In the kingdom of kitsch you will be a monster



sortie : 2005
label : Rune Grammofon
style : Jazz rock expérimental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Goretex weather report
02/ REDRUM
03/ Romani
04/ Perdurabo
05/ Aleister explains everything
06/ 31=300=20 (it is by will alone i set my mind in motion)
08/ Where death comes to cry
09/ The smoking dog
10/ Magazine RWRK
11/ You can try the bes

Kitsch: Se dit d’une œuvre d‘art de mauvais goût destinée à la consommation de masse.

In the kingdom of kitsch you will be a monster, voilà un titre qui intrigue, mais qui prend tout son sens une fois l’album sur notre platine. A plusieurs lieues de leurs précédents opus de jazz «conventionnels», Shining s’est ici immiscé dans le royaume du rock et du jazz expérimental. Pas étonnant, lorsque l’on sait que l’album est signé sur le label de Supersilent , Rune Grammofon.

Le quatuor, composé de deux membres de Jagga jazzist, propose un album commençant très fort, avec Gortex Weather Report : s’ouvrant sur un saxophone plaintif, fouetté par les cordes de basses acoustiques, il prend toute son emphase dans le déchaînement d’une batterie survoltée nous emportant vers des territoires de rock heavy. La tempête passée, un calme inquiétant s’impose, bercé par le chant de la clarinette. Mais la deuxième vague, portée par les riffs et les larsens de guitares ne met pas longtemps à surgir.
Aucun des morceaux n’est trop propre ou trop lisse, rendant la dimension sonore riche, voire complexe (qui a dit cacophonique ?). Ainsi sur un morceau comme Perdurabo, il en devient même difficile d’identifier l’instrument utilisé pour reproduire une sorte de mugissement sempiternel. Les distorsions, forment des tournoiements psychédéliques, que le gong vient rythmer. Nous voilà les deux pieds dans la démence.

Si plus de trente instruments sont utilisés tout au long de l’album, c’est la batterie et le saxophone qui sont les pièces maîtresses de la première moitié de celui-ci. Sur Redrrum ils suivent une course effrénée de 1min37, sur Aleister explains everything, ils créent une musique déconstruite brutale.

La deuxième partie de l’album est plus posée, mais l’inquiétude d’une nouvelle crise d’aliénation n’est pas loin. Une ambiance lourde s’impose. On entend comme le bruit d’un grincement de balançoire à la fin de Magazine RWRK, bercé par les quelques notes de célesta.

Avec In the kingdom of kitsch you will be a monster, Shining a réussi le pari de recréer une véritable ambiance de démence et d’épouvante. L’auditeur ne peut pas s’empêcher de faire le rapprochement entre le nom du groupe et le titre de l’œuvre de Stephen King et de son adaptation cinématographique.


Chroniqué par Antoine
le 29/06/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters