Accueil | dMute

Leonard de Leonard

: 2



sortie : 2005
label : Leonizer
style : Electro / Hip-hop / 8 bit

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Robots will save us
02/ Have eye told ya (feat. Maxx)
03/ Elephant's style
04/ Got it (feat. Maxx)
05/ Vicious sid
06/ Coup de foudre (feat. Meninamandine and Maxx)
07/ I have wings (feat. Norazia)
08/ Entre deux
09/ Dear God (feat. Maxx)
10/

2. Leonard de Leonard semble choisir ses titres d’album comme il fait sa musique : à l’instinct, sans souci de rentrer dans une case, sans chercher à répondre à une quelconque attente ni à satisfaire une hype de toute façon déjà dépassée … De ses collaborations avec les joyeux drilles que sont Gonzales ou Peaches à ses différents travaux avec graphistes et metteur en scène (notamment Philippe Découflé), ces échappées trans-genres sont, à l’image de sa musique « libre et hybride », un pied de nez aux classifications faciles et réductrices.

Après un premier album en 2003 (Leonizer Fever sur Musiques Hybrides), Leonard enfonce le clou avec ce patchwork de 8 bit, bossa, idm, breakbeat, electronica ou hip hop (avec notamment Maxx aka Oatie Kato au sein de The Goats, groupe hip hop de Philadelphie). Il s’applique à développer une musique personnelle mais profondément ouverte à toute personne un tant soit peu curieuse, une musique rafraîchissante et décomplexée. Kitsch & catchy, c’est un concentré de second degré rafraîchissant, un cocktail détonant pour dance-floor où lutteraient en groupes épars, délurés de toute sorte, increvables fêtards et quelques nerds soudainement sociabilisés.

Après avoir usé ses fonds de culotte sur les bancs de l’école en compagnie de Olaf Hund (autre trublion présent sur la compilation Unexpektheadz) et goûté en sa compagnie aux délices du rock, ce sont peu à peu les sirènes de l’électronique qui se feront plus insistantes. Bien lui en fasse. Sans aucun complexe, Leonard s’acoquine des dernières tendances et se les approprie en deux loop / trois beats, accompagné pour ce faire par d’autres anticonformistes de sa trempe, des girls délurées de Scream Club (International) aux plus « sages » Norazia (chanteuse d’origine allemande et indonésienne, adepte du cross-over tradition-électronique, sur I have wings) et Méninamandine (Coup de foudre et l’excellent exercice hip hop digital Free for everybody).

Si l’album s’essouffle un tantinet sur la longueur, avec notamment quelques titres plus dispensables, cet opus suinte malgré tout le stupre, la sueur et les larmes, souffle le chaud puis le froid en un temps record, décontenance avant de vous inciter à y adhérer sans trop savoir pourquoi … En bref, un joyeux bordel, un chupito aux couleurs avenantes mais dont on ignorait tout de la composition … la surprise en est que meilleure, le goût plus relevé … qui s’en plaindrait ?

Chroniqué par Oropher
le 24/06/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters