Accueil | dMute

Lauter

: A Walk Will Take My Mind Off Things



sortie : 2005
label : Herzfeld
style : Folk Rock

Tracklist :
01/ you don't have to
02/ airplane
03/ queen of the hut
04/ they give me the eye
05/ what is your quest?
06/ clear off
07/ a walk will take my mind off things
08/ bewitched
09/ brain dead
10/ the end of our story

A l’écoute, on imagine la musique de Lauter trempée du ciel de plomb des grandes plaines désertiques américaines qui ont vu grandir Calexico. Pourtant, c’est dans l’Est de la France que A walk will take my mind off things a vu le jour. Une réalité moins folk(lorique), mais aussi plus intéressante car inattendue.

Qui l’eût cru, à l’écoute de ce rock des grands espaces, où l’on perçoit des réminiscences de blues, de country –folk à la 16horsepower ( le magnifique airplane, tout en langueur obsédante, comme si banjo, batterie et voix traînaient leur mélancolie sous un soleil infernal). La triade A walk will take my mind off things / bewitched / brain dead semble même transporter le Mississipi à nos portes.
Cependant, on ne saurait réduire ce disque à ce mythe intemporel d’une musique américaine élevée en plein air, tant Lauter ne se contente pas d’un seul horizon d’influence : You don’t have to, broderie pop d’arpèges acoustiques en suspension sur un tapis de cymbales légères se durcit bientôt en un rock saccadé qui lorgnerait plutôt du côté de Sonic Youth.

Le rock dépressionnaire de Lauteur affectionne les zones de turbulences, se jouant des attentes pour mieux les rendre vaines : le mieux est encore de se laisser docilement transporter au gré de ces morceaux d’une grande richesse, où la mélancolie ne s’entretient pas inutilement, mais se laisse chahuter de secousses rock jamais téléphonées. Lauter n’a pas le goût de la recette, et l’on découvre avec plaisir la variété d’un disque qui ne se dissimule pas derrière une fausse spontanéité. Les histoires sont tristes, les climats ombrageux, et pourtant, A Walk will take my mind off things, loin de rebuter, captive : c’est ainsi le folk feutré et doux-amer de They Give me the eye, ou What is your quest?, snares et percussions en tonnerre lointain sur lesquelles perce un chant douloureux, désordre auquel succède l’accalmie d’un roulement de batterie tranquille qui a pour contrepoint la violence d’une invective ressassant sa rage contenue: « What is your quest, motherfucker ». A l’efficacité Post-punk de Clear off succède par goût de la rupture le délicat A Walk will take my mind off things, à l’instrumentation à peine marquée: touches de banjo, de xylophone, notes de tuba qui soulignent avec subtilité la mélancolie sans jamais l’alourdir.

The end of our story conclue superbement l’album : chaque disque qui s’achève est une histoire qui finit. Toujours est-il que pour nous, c’est plutôt une jolie histoire avec un groupe, Lauter, et un label, Herzfeld, qui commence.


Chroniqué par Imogen
le 23/06/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Age Of Reason
(2009)
Clapping Music
folk rock
Cursed
(2007)
Autoproduit
Folk rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters